Prière à la Divine Miséricorde

tableauEn l’an 2000, par la canonisation de Sainte Faustine et l’institution de la fête de la divine miséricorde, la spiritualité du Sacré-Coeur répond aux nouvelles demandes du Christ.

Sainte Faustine (1905 – 1938), troisième d’une famille de cinq enfants, se fit remarquer dès son enfance par sa piété et une grande sensibilité aux misères humaines.

Le 1er avril 1925, elle entre au couvent des Sœurs de Notre Dame de la Miséricorde.

Jésus va lui confier une mission : diffuser le message de la miséricorde accordée au monde entier.

« Je t’envoie, dit-il, vers toute l’humanité avec ma miséricorde… Je désire la guérir en l’étreignant sur mon Cœur Miséricordieux… »

 “Peins un tableau de ce que tu vois, avec l’inscription : Jésus, j’ai confiance en Toi. Je désire qu’on honore cette image, d’abord dans votre chapelle, puis dans le monde entier… Ces deux rayons indiquent le sang et l’eau (le rayon pâle qui justifie les âmes, le rayon rouge signifie le sang qui est la vie des âmes). Ces deux rayons jaillirent des entrailles de ma miséricorde alors que mon coeur agonisant sur la croix était ouvert par la lance. Ces rayons protègent les âmes de la colère de mon Père.”

La Vierge Marie la confirme dans sa mission :

« Moi j’ai donné au monde le Sauveur. Toi, tu dois lui parler de son infinie miséricorde et préparer son second avènement ».

 Elle livre au monde son “Petit Journal”, fidèle à la requête de Jésus :

“Ton devoir est d’écrire tout ce que je te fais connaître à propos de ma miséricorde au profit des âmes qui en lisant ces écrits seront consolées et auront le courage de s’approcher de moi”.

Par elle, le Christ remet à l’Eglise 4 autres moyens pour s’approcher de lui dans sa miséricorde :

– le chapelet de la divine miséricorde

– la fête de la divine miséricorde.

– la neuvaine à la divine miséricorde.

– 15 heures : l’heure de la divine miséricorde

“A trois heures, implore ma miséricorde, tout particulièrement pour les pécheurs, ne fut-ce que pour un bref instant, plonge-toi dans ma passion, en particulier dans mon abandon au moment de mon agonie. C’est là une heure de grande miséricorde pour le monde entier. Je te laisserai pénétrer ma mortelle tristesse ; en cette heure, je ne saurai rien refuser à l’âme qui me prie, par ma Passion… A cette heure-là tu peux tout obtenir pour toi et pour les autres ; à cette heure-là la grâce a été donnée au monde entier – la miséricorde l’emporta sur la justice”.

 

Le sanctuaire de la Divine Miséricorde : « C’est pourquoi, aujourd’hui dans ce sanctuaire [de la Divine Miséricorde, à Lagiewniki, Pologne], je veux confier solennellement le monde à la divine Miséricorde. Je le fais avec le désir que le message de l’amour miséricordieux de Dieu, proclamé ici à travers Ste Faustine, atteigne tous les habitants de la terre et remplisse leur cœur d’espérance. Que ce message se diffuse de ce lieu dans toute notre patrie bien-aimée et dans le monde. Que s’accomplisse la promesse solide du Seigneur Jésus ; c’est d’ici que doit jaillir « l’étincelle qui préparera le monde à sa venue ultime ». Il faut allumer cette étincelle de la grâce de Dieu. Il faut transmettre au monde ce feu de la miséricorde. »  

 Pape Jean-Paul II, 17 août 2002

 

 Jésus propose un nouveau chapelet : On récite les prières suivantes sur un chapelet ordinaire.

“D’abord tu diras un Notre Père, un Je vous salue Marie, un Je crois en Dieu.

Sur les grains du Notre Père tu vas dire les mots suivants :

“Père éternel, je t’offre le corps et le sang, l’âme et la divinité de ton Fils bien-aimé, notre Seigneur Jésus Christ, en réparation de nos péchés et de ceux du monde entier.”

Sur les grains du Je vous salue Marie tu diras :

“Par ta douloureuse Passion, sois miséricordieux pour nous et pour le monde entier.”

A la fin, tu réciteras trois fois ces paroles :

“Dieu saint, Dieu fort, Dieu éternel, prends pitié de nous et du monde entier.”

“A l’heure de la mort, je défends comme ma propre gloire chaque âme qui récite ce chapelet. Ou bien si d’autres le récitent auprès de l’agonisant, l’indulgence est la même.

Quand on récite ce chapelet auprès de l’agonisant, la colère divine s’apaise, la miséricorde insondable s’empare de son âme et les entrailles de ma miséricorde sont émues par la douloureuse passion de mon fils.”

 

La fête de la divine miséricorde se prépare par la neuvaine qui commence le vendredi saint et la prière du chapelet.

“Je désire que la fête de la Miséricorde soit le recours et le refuge pour toutes les âmes, et surtout pour les pauvres pécheurs. En ce jour-là les entrailles de ma miséricorde sont ouvertes, je déverse tout un océan de grâces sur les âmes qui s’approcheront de la source de ma miséricorde. Toute âme qui se confessera et communiera, recevra le pardon complet de ses fautes et la remise de leur punition.”

Le pape Jean-Paul II a officiellement institué que cette fête soit célébrée le 2e dimanche de Pâques.

 

Contactez Jean-Jacques Riou

06-40-64-99-89

jjhriou@free.fr

Fermer