Messe à l’occasion du 70e anniversaire de l’AED

10h30 - Cathédrale Notre-Dame à Rouen

4 juin : messe à la cathédrale à 10h30 présidée par Mgr Dominique Lebrun. Le Père Samer Nassif, prêtre Libanais, concélébrera. Cette messe est célébrée à l’occasion du 70e anniversaire de l’AED (Aide à l’Eglise en Détresse). Un temps d’échange et d’évangélisation est prévu à la fin de la messe.

Monition d’ouverture et homélie de Mgr Dominique Lebrun

Monition d’ouverture

Bienvenue à tous pour cette fête de la Pentecôte ! Bienvenu à vous paroissiens habituels de la cathédrale, bienvenus à vous qui êtes de passage dans notre belle cathédrale ! Nous sommes dans l’action de grâce pour les 70 hommes et femmes confirmés hier soir, marqués de l’Esprit Saint, le don de Dieu.

Notre monde est meurtri, encore par des attentats, encore par des conflits violents ou des guerres de toute sorte. Au milieu et pour ce monde, l’Esprit Saint allume la lumière de Dieu, suscite des réponses d’amour, de paix et de pardon.

Ce matin, nous rendons grâce pour le Père Werenfried Van Straaten. Religieux hollandais prémontré, il fonde l’Aide à l’Eglise en Détresse, en 1947 c’est-à-dire il y a 70 ans. C’est la sortie de la guerre et le début de l’enfermement des pays de l’Europe de l’Est par l’idéologie communiste sous l’ère soviétique. Aujourd’hui l’œuvre soutient les chrétiens persécutés ou discriminés à travers le monde, en particulier au Moyen Orient. Je salue le Père Samer Nassif, prêtre maronite libanais venu prier avec nous à cette intention.

Préparons-nous à la célébration de l’Eucharistie en reconnaissant que nous sommes pécheurs, que notre monde a besoin d’être sauvés.

Lectures

Lecture du livre des Actes des Apôtres (2, 1-11) ; Psaume 103 ;
Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens (12, 3b-7.12-13) ; Evangile de Jésus Christ selon saint Jean (20, 19-23)

Homélie

« Recevez l’Esprit Saint » (Jn 20, 22). Jésus vient de donner son bonjour de Ressuscité : « la paix soit avec vous » (Jn 20, 19) ; Les disciples n’en croient pas leurs oreilles, Jésus répète : « la paix soit avec vous » (Jn 20, 21) puis il souffle sur eux et leur dit : « Recevez l’Esprit Saint ».

Que se passe-t-il dans la tête des disciples, à peine trois jours après la crucifixion de leur maître ?  Un rêve ? Comme pour les rappeler à la réalité, Jésus donne l’essentiel de sa mission : « A qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus » (Jn 20, 23).

En ce temps où le Mal semble se déchaîner, accueillons en vérité ces quelques mots. La grâce de l’Esprit Saint est une grâce de lumière et de discernement. Le Malin plonge l’humanité dans les ténèbres de sorte qu’il n’est plus capable de discerner le bien du mal. Pourtant le cœur de l’homme ne peut vivre heureux sans cela.

L’actualité politique remet sur le devant de la scène la question morale. Si nous la résumons à une loi, si nous nous dédouanons nous même par une loi, les ténèbres continueront à gagner. Lycéen, j’apprenais qu’il y avait l’Europe de l’est communiste, sans doute pour toujours, et l’Europe de l’ouest capitaliste, dont on pensait que c’était la liberté. C’était un mensonge. Il n’y a qu’une Europe.

Un livre du Père Werenfied publié en 1969 m’a ouvert les yeux et le cœur : « Où Dieu pleure ». J’apprenais que Dieu pleure quand le Mal recouvre la vie du monde, la vie de pays, la vie d’hommes et de femmes par les ténèbres du mensonge et de la peur qui engendrent la violence.

Jésus Ressuscité nous confie la grâce de l’Esprit Saint : « Recevez l’Esprit Saint » ; « De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie » (Jn 20, 21).

Ce matin, que chacun d’entre nous entende cette parole dans le plus profond de son cœur, là où l’Esprit Saint a déposé sa marque : oui, Dominique, je t’envoie, comme le Père m’a envoyé. Non pas pour porter des vêtements rutilants mais pour aimer comme j’ai aimé, non pas pour exercer un pouvoir mais pour servir l’amour, parfois caché, et pourtant présent, chez tous ceux que tu rencontres. Oui, je t’envoie non pas pour condamner mais pour juger et pardonner.

« Les services sont variés, mais c’est le même Seigneur », dit saint Paul (1 Co, 12, 5) : dans le combat contre le mal, l’unité est un critère sûr. Ce qui divise ne vient pas de l’Esprit Saint même si cela a l’apparence du bien. Si j’acquière un bien au détriment de l’autre, je m’en sépare et je prépare la guerre. Cela est vrai dans nos communautés. Combien de services rendus, mais qui suscitent la jalousie ou sont minés par la critique ?

« A chacun est donnée la manifestation de l’Esprit en vue du bien … tous, nous avons été désaltérés par un unique Esprit» (1 Co 12, 7.13).

Frères et sœurs, baptisés, confirmés, vous portez en vous l’Esprit Saint, son envie de se manifester, de bâtir une humanité heureuse, de la ramener au Père, plein d’amour et de miséricorde. Laissez l’Esprit Saint vous envahir, comme il a envahi la Vierge Marie et les Apôtres. Laissez l’Esprit Saint vous entraîner aux merveilles de Dieu.

Avec l’Aide  à l’Eglise en détresse, nous voyons des merveilles de Dieu, comme avec d’autres associations tel que l’Œuvre d’orient, car il ne serait y avoir de division entre elles. A la fin de cette messe, vous pourrez en prendre connaissance. Vous pourrez rester quelque temps sur le parvis, peut-être en vous adressant à ceux qui passent devant notre cathédrale. Il y a une semaine, à l’occasion des fêtes Jeanne d’Arc, des jeunes et des moins jeunes sont allés à la rencontre des habitants de la ville témoigner de l’amitié de Dieu. C’est l’Esprit Saint qui agit.

L’Esprit Saint vous appelle non pas à rendre des petits services, mais à devenir un don pour Dieu et pour les autres, à vous donner dans la joie. C’est notre vocation de disciples de Jésus. Etre disciple de Jésus, c’est se reconnaître appelé à se donner dans le souffle de l’Esprit.

Dans quelques instants, comme chaque dimanche, le pain et le vin seront apportés en passant au milieu de la nef, dans l’allée centrale. Déposer votre vie sur la patène et dans le calice qui passent au milieu de vous, pour que l’Esprit Saint se saisisse de toute votre vie, vous purifie et vous donne la joie d’être des envoyés de Jésus, membres de son corps.

+ Dominique Lebrun
Archevêque de Rouen.