Cercle de silence à Rouen

18h. Place des Cotonniers à Rouen St Sever

18h. place des Cotonniers Rouen Saint-Sever       

Venez vous joindre à nous, ne serait-ce qu’un instant !

 

A l’appel de:   Action Catholique Ouvrière, Cimade, CCFD-Terre solidaire, Collectif des sans papiers, Communauté Point 1, Église protestante unie de Rouen, Entraide de l’Eglise Réformée, Fraternité Franciscaine, Jeunesse Etudiante Chrétienne, Jeunesse Ouvrière Chrétienne, Mission de la mer, Mission Populaire Evangélique de France, Pastorale des migrants,  Secours Catholique, Service Diocésain de la Solidarité…

Pour tout contact :

Cimade,  45 rue de Buffon  76000 Rouen  geneampe@yahoo.fr

 Pastorale des Migrants 137 rue St Julien  76100 Rouen rene.gobbe@orange.fr

Le pape François propose 21 mesures pour l’accueil des migrants

Notre prochain cercle de silence aura lieu ce vendredi 3 novembre de 18h à 19h place de la Cathédrale à Rouen (voir tract en pièce jointe).

 Dix ans déjà que des Cercles de Silence se réunissent tous les mois dans environ 180 villes de France, à l’initiative des frères franciscains de Toulouse (ici à Rouen nous avons démarré quelques mois plus tard).

Malheureusement, comme l’indique le message de Toulouse ci-dessous, ils sont toujours d’actualité : par exemple on renvoie des personnes en Afghanistan où on devine le sort qui leur est réservé.

 Ce n’est donc pas le moment de nous démobiliser ! A vendredi !

 René Gobbé

Le 27/10/2017 à 10:31, cercledesilence.toulouse@laposte.net a écrit :

Chers amis,30 octobre 2007 - 31 octobre 2017 : depuis 10 ans, à l'initiative des frères franciscains et des membres de la famille franciscaine toulousaine, nous nous retrouvons place du Capitole, en silence ou en prière, pour dénoncer l’enfermement par le gouvernement dans des centres de rétention des personnes étrangères en situation irrégulière. Nous marquerons ce triste anniversaire par un cercle de silence exceptionnel le samedi 17 mars 2018 à 16h30. Nous en reparlerons.Savez-vous que pour expulser une personne du territoire, il faut que l’administration française obtienne un “laisser-passer consulaire” du pays d’origine ? Alors de plus en plus de personnes se déclarent apatrides : quand on ne peut trouver leur pays d’origine ou que le laisser-passer consulaire est refusé, ces personnes ne sont pas expulsables ; au bout de 45 jours en centre de rétention (bientôt 90 si la nouvelle loi passe), elles sont libérées… jusqu’à la prochaine arrestation…Des accords peuvent autoriser la France à se passer de la reconnaissance par le pays d’origine de la personne étrangère. Ainsi, en octobre 2016, l’Afghanistan et l’Union européenne ont signé, en échange d’aide au développement, un accord permettant notamment aux états membres d’émettre des « laissez-passer européens » s’ils n’obtiennent pas de Kaboul le « laissez-passer consulaire ». Et les renvois forcés vers ce pays peu sûr augmentent depuis de nombreux pays européens, y compris la France. Voir l’article et la pétition sur le site de La Cimade ou d’Amnesty International.Restons attentifs à tout ce qui se fait en notre nom. Prenons le temps de nous préparer avant d’aller place du Capitole mardi, en nous remémorant le but de notre action non-violente : nous nous rassemblons en silence pour protester contre les atteintes à la dignité des personnes, en particulier celles qui, à Toulouse, sont en précarité du fait d’une situation administrative irrégulière.Cercle de Silence de Toulouse

 

Fermer