Fêtes Jeanne d’Arc à Rouen

Du au
Eglise Jeanne-d’Arc et Cathédrale Notre-Dame

A l’initiative du diocèse de Rouen :

Vendredi 29 mai
20h ? Nef de la cathédrale Notre-Dame : Disputatio (controverse publique) entre Mgr Jean-Charles Descubes, archevêque de Rouen et M. Denis Pelletier, historien. Thème de la Disputatio : « La laïcité, une condition pour vivre ensemble ? ». Participation du Chœur de chambre de la Maîtrise & Chœurs Saint-Evode.

Samedi 30 mai
9h ? Eglise Sainte-Jeanne-d’Arc, place du Vieux-Marché : messe solennelle célébrée par le Cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et Mgr Jean-Charles Descubes, archevêque de Rouen. Participation de la Maîtrise & Chœurs Saint-Evode.

16h ? Cathédrale Notre-Dame : panégyrique de sainte Jeanne d’Arc prononcé par le Cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris.

Mgr_Descubes_-_Copie

A l’initiative de la Mairie de Rouen et du Comité Rouennais d’Hommage à Jeanne d’Arc :

Samedi 30 mai
10h ? Place du Vieux-Marché – Cérémonies officielles : dépôt de gerbes, discours de M. Yvon Robert, Maire de Rouen et de M. Jean-Robert Ragache, historien, Président des cérémonies.

11h15 ? Pont Boieldieu : cérémonies officielles du Tombeau de Jeanne (jet de fleurs).

12h ? Abbatiale Saint-Ouen – Portail des Marmousets – Cérémonies officielles de l’abjuration et de la réhabilitation de Jeanne d’Arc : slams créés et récités par le « Groupuscule des paroliers » – Cérémonies commémoratives : dépôt de gerbes, allocution de M. Jean-Pierre Lemercier, président du Comité Rouennais d’Hommage à Jeanne d’Arc.

14h à 18h ? Place et rue Saint-Sever, places de la Pucelle et du Vieux-Marché, parvis de la cathédrale : défilés des Jeanne (création et mise en scène par Daniel Mayar et la Compagnie « Dans la Forêt Hur Ben »). Départ à 16h de la place Saint-Sever ; à 16h30 de la place de la Pucelle. Arrivée prévue à 17h sur le parvis de la cathédrale.

 

La Disputatio 2015 entre Mgr Jean-Charles Descubes et M. Denis Pelletier

Nef de la cathédrale Notre-Dame – Vendredi 29 mai à 20 heures

La laïcité, une condition pour vivre ensemble ?

La laïcité fait débat en France. Spécificité française pour certains, fruit de l’histoire dans notre République pour d’autres, elle suscite questions, débats, crispations, tensions. Souvent mal comprise, on lui accole des adjectifs : tolérante, ouverte, fermée, souple, stricte.

La laïcité se trouve confrontée à des problématiques nouvelles, apparues ces dernières décennies dans un contexte de montée de revendications communautaristes. Les événements de janvier 2015 posent la question du lien entre liberté d’expression et liberté religieuse.

La réponse doit intégrer une dimension culturelle permettant aux religions de trouver place dans le débat public. En mettant en jeu les relations avec les religions, la culture, l’éducation, la laïcité vient finalement poser une question : à quelle(s) condition(s) pouvons-nous vivre ensemble ?

Mgr_Descubes pelletier

Déroulement

La Disputatio commence par le tirage au sort de l’ordre de prise de parole des deux intervenants. Chacun dispose alors de vingt minutes pour répondre à la question posée en apportant ses arguments.

S’en suit un débat contradictoire de trente minutes avant que les deux débatteurs ne soient invités à conclure dans l’ordre inverse du tirage initial. Le chœur de chambre de la Maîtrise & Chœurs Saint-Evode rythme les échanges.

L’origine de la Disputatio

La « disputatio » qui aura lieu le 29 mai prochain entend renouer, à quelques huit siècles de distance, avec la pratique des disputes universitaires et des controverses publiques qui enchantèrent le Moyen Âge. Au Moyen Âge, la Disputatio était la forme propre de l’enseignement et de la recherche universitaires. Elle consistait en un débat dialectique entre plusieurs interlocuteurs, en général devant un auditoire. Le jour où une Disputatio devait se tenir, les cours étaient suspendus. Les bacheliers de la faculté ainsi que les étudiants du maître devaient y assister .Ce débat se déroulait en plusieurs étapes codifiées : le maître formulait la questio, un « opponens » présentait des objections, auquel un « respondens » (en général un bachelier) était chargé d’opposer des contre-arguments. Une fois l’ensemble des arguments épuisés, le maître avançait une solution argumentée appelée la « determinatio ». Celle-ci pouvait être réfutée. Le maître concluait alors plusieurs jours plus tard par un determinatio magistralis qui donnait lieu à un rapport écrit (la questio disputatio).

Les Disputatio auxquelles prenaient part tous les maîtres et étudiants d’une faculté s’appelaient Disputatio magistrorum. Il pouvait exister des « Disputatio » plus solennelles, notamment pour sanctionner l’accession d’un étudiant au statut de maître.

Néanmoins, c’était la Disputatio de quodlibet qui était la forme la plus solennelle. De telles disputes ne se tenaient qu’exceptionnellement dans l’année, voire tous les deux ou trois ans. Les maîtres d’une université se proposaient de répondre à toute question publique posée par l’assistance (quaestiones quodlibetales) dépassant pour la cause le cadre des seuls étudiants auxquels pouvaient se joindre des clercs de tous ordres ou des maîtres d’autres universités.

La Disputatio orale disparaîtra progressivement au profit d’une domination absolue de l’écrit sur l’oral, la place du maître devenant écrasante par rapport à celle des étudiants.

Les 11 premières Disputatio dans la cathédrale Notre-Dame de Rouen

2004 : Dieu existe-t-il encore ? Avec M. André Comte-Sponville et le père Philippe Capelle-Dumont. 2005 : la vie est-elle sacrée ? Avec M. Jean-Didier Vincent et M. Jacques Arnould.

2006 : le mal nie-t-il l’existence de Dieu ? Avec M. Francis Wolff et le père Henri-Jérôme Gagey.

2007 : Chrétiens et Musulmans ont-ils le même Dieu ? Avec le Docteur Dalil Boubakeur et le père François Bousquet.

2008 : la Mort est-elle une fin ? Avec M. Dominique Trotignon et le Frère Thierry-Marie Courau.

2009 : l’univers a-t-il un sens ? Avec M. Jean Audouze et le père Thierry Magnin.

2010 : qu’est-ce que la vérité ? Avec M. Fabrice Midal et M. Fabrice Hadjhadj.

2011 : homme, femme, quelle différence ? Avec M. Eric Fassin et sœur Véronique Margron.

2012 : sommes-nous libres ? Avec M. Henri Atlan et M. Bertrand Vergely.

2013 : qui nous fera voir le bonheur ? Avec M. Christophe André et M. Matin Steffens.

2014 : peut-on croire à l’amour ? Avec Mme Nathalie Sarthou-Lajus et M. Jean-Pierre Winter.

L’association Disputatio

Créée par des étudiants du Centre Théologique Universitaire de Rouen, l’association « Disputatio » a pour but de promouvoir le débat sur les questions fondamentales qui se posent à l’Homme.

Présidente : Mme Sophie Le Lanchon Association Disputatio, 41 route de Neufchâtel à Rouen. 06 80 67 66 36

Biographies

Disputatio

Mgr Jean-Charles Descubes, archevêque de Rouen. Membre du Comité Etudes et Projets de la Conférence des Evêques de France, membre de la Commission doctrinale (1997 – 2003), Président de la Commission sociale puis du Conseil famille et société (2003 – 2011).

M. Denis Pelletier, historien, directeur d’études à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE), section des Sciences religieuses, Histoire et sociologie du catholicisme contemporain. Président de l’EPHE (2011-2013). Parmi ses publications : Les catholiques en France depuis 1815 (Paris, La Découverte, collection Repères, 1997) ; La crise catholique. Religion, société, politique en France – 1965-1978 (Paris, Payot, 2002 – 2e édition, Rivages-Poche, 2005) ; A la gauche du Christ – Les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours (avec Jean-Louis Schlegel, Editions du Seuil, collection Histoire, 2012 – 2e édition augmentée, collection Points Histoire, mai 2015)

Panégyrique

Le Cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris Le cardinal André Vingt-Trois est né le 7 novembre 1942 à Paris. 28 juin 1969 : il est ordonné prêtre pour le diocèse de Paris, par le Cardinal François Marty.
1969-1974 : vicaire à la paroisse Sainte-Jeanne-de-Chantal à Paris.
1981-1999 : vicaire général du diocèse de Paris.
1988 : nommé évêque auxiliaire de Paris et ordonné le 14 octobre 1988.
1999 : archevêque Métropolitain de Tours
5 mars 2005 : il succède au Cardinal Jean-Marie Lustiger comme Archevêque de Paris et comme Ordinaire des catholiques de rite oriental en France.

Le cardinal Vingt-Trois est membre de la Congrégation pour les Evêques, membre du comité de présidence du Conseil pontifical pour la famille et membre du Conseil Pontifical pour la Pastorale des Migrants et des personnes en déplacement, de plus en février 2010 il a été nommé membre de la Congrégation du Clergé.
En 2012, il est nommé membre de la Congrégation pour les Églises orientales. Le pape François le nomme Président délégué de la 3e Assemblée générale extraordinaire du Synode des évêques, qui s’est tenue du 5 au 19 octobre 2014 sur le thème Les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation, puis Président délégué de la XIVe Assemblée générale du Synode des évêques qui se tiendra en octobre 2015.

Le cardinal Vingt-Trois a été élu le 5 novembre 2007 puis réélu en novembre 2010, Président de la Conférence des Évêques de France pour trois ans. Il a été créé cardinal par le Pape Benoît XVI, le 24 novembre 2007, au titre de Saint-Louis-des-Français.