Célébration de l’appel décisif 2016

Célébration de l’appel décisif de 64 catéchumènes
1er dimanche de carême (C) – Cathédrale Notre-Dame de Rouen
14 février 2016

 

Livre du Deutéronome (26, 4-10) ; Psaume 90
Lettre de saint Paul, Apôtre, aux Romains (10, 8-13)

Evangile selon saint Luc (4, 1-13)

 

 

Homélie

Frères et sœurs, vous connaissez la Bonne nouvelle de Jésus-Christ ; les bonnes nouvelles puisque chaque page d’Evangile est une bonne nouvelle correspondant à l’un ou l’autre moment de nos vies. Cet après-midi, vous avez  vu, entendu et partagé la Bonne nouvelle de la Samaritaine.

Connaissez-vous la Bonne nouvelle du diable que nous offre l’Evangile de ce soir ? Le diable affronte Jésus. Trois tentations pour le déstabiliser dans sa mission mais qui sont une Bonne nouvelle.

Jésus est venu pour que les hommes n’aient plus faim dans leur corps et dans leurs âmes. Mais Jésus n’est pas venu avec une baguette magique ; il est venu partager notre faim et nous rappeler que nous avons un corps, un cœur, une intelligence, une volonté pour que tous les hommes puissent manger à leur faim. Pour cela, il ne faut pas se nourrir seulement de pain (cf. Lc 4, 4). Il faut vivre d’amour vrai, juste, fidèle, généreux.

IMG_8365_recad_13x18_+clair_compJésus est venu récupérer la terre qui n’appartient pas au diable mais à son Père. Jésus n’est pas venu pour sa gloire. Sa venue parmi nous, désarmé, est sa manière d’adorer son Père, de lui rendre Gloire. Il nous rappelle que le monde trouvera le sens de sa vie en adorant Dieu, et Dieu seul (cf. Lc 4, 8).

Jésus, Fils de Dieu, est venu affronter la misère de notre vie, choisir des hommes et des femmes pour collaborer à son combat contre le mal, contre la souffrance et la mort. Il renonce à sa condition divine pour devenir le premier-né des ressuscités des morts. Il nous appelle à ne pas nous prendre pour des anges (cf. Lc 4, 10) mais à prendre notre croix (cf. Mt 10, 38).

Frères et sœurs, quelle joie de découvrir ainsi la mission de Jésus. Dans vos lettres, beaucoup m’écrivent qu’ils ne savent pas bien d’où vient leur foi en Jésus, mais vous croyez en Jésus.

Ils écrivent : « j’ai toujours voulu être baptisé ; c’est au moment de mon mariage que le déclic s’est produit mais c’est le déclic de quelque chose de plus profond ; je cherche les circonstances qui m’ont permis de croire mais je ne vois pas ». Frères et sœurs, vous croyez parce que Dieu vous en fait le cadeau, un cadeau gratuit comme l’amour. Votre demande de baptême est un cadeau, une grâce.

Beaucoup aussi me partagent des souffrances traversées, ou qu’ils traversent encore. L’un cite l’évangile où Jésus propose de prendre sa croix. Vous reconnaissez l’aide que Dieu vous apporte dans les moments difficiles. Aucun ne me dit que les anges le « portent sur leurs mains » et lui évitent « de heurter une pierre » (Lc 4, 11). Votre foi n’est pas magique, elle est chemin d’humanité et de bonheur.

IMG_8116_comp

Quelle est donc la Bonne nouvelle du diable ? La Bonne nouvelle, c’est que Jésus affronte le diable. Son ennemi, c’est le diable et pas l’humanité, et pas nous. Le Mal n’est pas humain. Parfois nous laissons le Mal nous prendre, nous submerger quand nous nous enfermons dans la spirale du mensonge, de l’égoïsme, d’une addiction, du vol, de l’adultère, de la jalousie, de la vengeance, ou autre inhumanité. La Bonne nouvelle, c’est que nos péchés ne nous ressemblent pas. Notre cœur, notre vie, notre corps sont fait pour la paix, comme plusieurs me l’ont écrit : « je trouve la paix ; je suis apaisée ».

La Bonne nouvelle, c’est que Jésus croit en la beauté de nos âmes qu’il est venu sauver de la laideur du péché.

IMG_8452_recad_1_compLa Bonne nouvelle, c’est que le diable est d’avance défait, vaincu pour ceux qui sont unis à Jésus par amour, à son Père, à son Esprit. Frères et sœurs catéchumènes, cette union à Dieu notre Père, à son Fils, à l’Esprit sera consacrée par votre baptême, votre confirmation et la communion.

La porte d’entrée dans cette vie d’union, c’est la miséricorde, le pardon. Le carême est le temps de l’humilité pour demander pardon. Pour vous préparer aux sacrements, vous vivrez un ou plusieurs scrutins, pour laisser Dieu scruter votre cœur. Je vous invite à demander pardon à ceux à qui vous avez fait du mal en vous laissant piéger par le diable. J’invite tous les baptisés à cela. Dites à vos parents, à vos conjoints, à vos enfants, à vos proches, à vos collègues : « je te demande pardon », pas seulement « excuse-moi ». Chaque jour, si besoin. Pensez aussi à telle ou telle offense enfouie depuis des années. Et dites-le à Dieu car à chaque fois que nous offensons un de ses enfants, nous l’offensons. Le diable ne peut rien contre celui qui demande pardon.

Voilà la Bonne nouvelle du diable ! Le diable est l’ennemi de Jésus et le nôtre ; mais nous sommes les alliés de Jésus, les amis qu’il choisit, et à qui, aujourd’hui, vous donnez votre nom, accueillant dans la joie son choix de vous aimer et de vous révéler son amour.

✠  Dominique  Lebrun

Archevêque de Rouen

VOIR LE SITE DU CATECHUMENAT

IMG_8480_comp

 

Fermer