Annonce de la dispense du pape François du délai des 5 ans pour l’ouverture du procès de béatification du père Jacques Hamel.

A l’issue de la célébration, Mgr Lebrun annonce la dispense du pape François du délai des 5 ans pour l’ouverture du procès de béatification du père Jacques Hamel.

photo CIRIC

photo Michael Bunel/CIRIC

Frères et sœurs, encore un mot ! Un mot de consolation qui nous vient du Pape.

Le Pape François, visiblement très touché par la mort du Père Jacques Hamel, nous a accueillis généreusement au cours de la messe matinale du 14 septembre dernier en la fête de la croix glorieuse. A la suite, à ma demande et à celle du Préfet de la Congrégation romaine pour les Causes des saints, le Pape François me dispense du délai de cinq ans avant de commencer la procédure en béatification. Je décide donc aujourd’hui de la préparer sans délai. C’est une consolation, une joie. J’en remercie, en votre nom, le Pape François.

Mais, frères et sœurs, c’est aussi un engagement pour que nous vivions humblement, mais avec persévérance, notre vocation de chrétiens, de chrétiens ordinaires dans la vie de chaque jour. Cette vie ordinaire que nous voulons maintenant retrouver, que vous allez retrouver, Père Auguste, avec votre communauté. La vie ordinaire, pour nous, c’est l’amour au quotidien, simplement, comme le Père Jacques Hamel.

Que la bénédiction du Seigneur nous y aide !

Réouverture de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray

photo Michael Bunel/CIRIC

Béatification possible du père Jacques Hamel

Informations complémentaires

La procédure de béatification comprend deux volets principaux :

  • Une enquête diocésaine pour recueillir les témoignages sur la vie et la mort de la personne ; ce premier volet se termine par un mémoire que l’archevêque approuve et envoie à Rome.
  • L’examen de la cause par la Congrégation romaine, et sa soumission au Pape pour que celui-ci émette un jugement définitif qui permettra la béatification.

La béatification intervient au cours d’une célébration solennelle dans le diocèse de la personne béatifiée. Elle est alors appelée « Bienheureux … » et devient un intercesseur auprès de Dieu dans les prières officielles et publiques de l’Eglise.

La durée de la procédure dépend de plusieurs facteurs : personnel disponible pour accomplir les enquêtes, nombre de personnes à auditionner, documentation plus ou moins facile à établir, délais de réflexion, etc.

On peut penser, dans le cas présent, que cela dure au moins une à deux années.