Installation de la communauté des Sœurs de la Présentation de Marie à Notre-Dame de Bonsecours

Installation de la communauté des
Sœurs de la Présentation de Marie
Notre-Dame de Bonsecours – 19 novembre 2017

(Trente-troisième dimanche du temps ordinaire (A))

Lectures de la messe : Lecture du livre des Proverbes (31, 10-13.19-20.30-31) ; Psaume 127 ;
Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens (5, 1-6) ; Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (25, 14-30)

Homélie

« A l’un, il remit une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul talent » (Mt 25, 15). Quels sont ces talents ?

La paroisse et le diocèse de Rouen reçoivent une nouvelle communauté de la Présentation de Marie.  Les sœurs ont, probablement, chacune plusieurs talents. Nous souhaitons que ces talents fructifient !

Quelles sont vos talents, mes sœurs ? Quelles étaient les talents des serviteurs de la parabole ?

Saint Jérôme identifie les cinq talents aux cinq sens, la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat et la parole, et les deux talents à l’intelligence et à la volonté. Autrement dit, saint Jérôme reconnaît dans les dons faits par le Seigneur aux hommes la nature humaine elle-même, notre humanité, avec ses cinq sens, son intelligence et sa volonté. Et lorsque l’humanité se reçoit comme un don, elle ne peut que se donner elle-même, elle ne peut que fructifier en fruits humains, en fruit d’humanité.

Les sœurs sont des femmes, seulement des femmes ! Leurs talents, c’est leur humanité. N’idéalisez pas les religieuses, vous ne leur rendriez pas service. Elles sont des femmes consacrées et non des consacrées qui seraient femmes. Leur consécration n’en fait ni des surhommes, si j’ose dire, ni des magiciennes. Merci d’avoir reçu votre humanité comme un don et d’en faire don par votre consécration à Dieu. Quand une personne sait ce qu’elle est c’est à dire un don de Dieu, elle comprend qu’elle ne peut que se donner aux autres, elle ne peut pas se recroqueviller sur elle-même.

Reste le troisième homme. Il n’a qu’un talent. Saint Jérôme l’identifie à la raison seule, à la raison qui se croit autonome. Elle ne produit aucun fruit. Si la Congrégation des sœurs de la Présentation de Marie comptait sur sa seule raison, elle ne serait pas là ce matin ! L’homme qui n’est pas dans la reconnaissance pour ce qu’il a reçu ne produit pas de fruits humains. L’homme qui prend peur se coupe de sa source divine. La ressemblance est frappante entre Adam pécheur qui se cache et le serviteur qui cache son talent : tous les deux disent au maître : J’ai eu peur …

Cet homme est tout le contraire de la Vierge Marie. Il s’enfouit dans la terre. Il se coupe du ciel. Il ne peut pas produire du fruit. Celui qui ne reconnaît pas en Dieu sa source ne produit qu’un fruit éphémère. Marie a produit le plus beau fruit en s’exposant à la grâce de l’Esprit Saint : Jésus lui-même. Marie est le modèle de l’offrande d’elle-même qui produit du fruit. C’est le mystère de la Présentation de Marie.

Notre-Dame de Bonsecours n’est pas enfouie dans la terre. Elle relie le diocèse au ciel. Je rends grâce à Dieu pour la prière de tant d’inconnus qui passent dans la basilique chaque jour. Je rends grâce pour votre prière, mes sœurs. Elle a déjà commencé. Vous priez avec ceux qui le souhaitent la prière de l’Eglise, le matin, ce sont les laudes, le soir, les vêpres, et la belle prière du chapelet, outre l’Eucharistie qu’il s’avère possible de célébrer chaque jour. Votre prière fidèle nous empêchera d’enfouir nos talents dans la terre. Votre prière sera vraie si elle s’épanouit en fraternité, celle que vous voulez vivre entre vous, avec les autres religieuses du plateau et avec nous.

Je n’oublie pas que nous sommes le dimanche de la première journée mondiale des pauvres.  Vous avez fait vœu de pauvreté. La basilique de Bonsecours est fréquentée par les pauvres de Dieu, ceux et celles qui reconnaissent qu’ils ont besoin du secours maternel de Marie. Je pense, en particulier, aux familles qui sont dans la difficulté et dans l’épreuve à qui ce sanctuaire est tout spécialement ouvert. Chère sœurs, apprenez-nous à vivre en pauvres, apprenez-nous qu’être pauvre permet d’accueillir mieux.

Avec le départ de son curé, la paroisse s’est appauvrie. Ce serait malhonnête de ne pas le reconnaître. Chères sœurs, nous vous recevons comme cadeau, et je demande à la paroisse de vous recevoir ainsi. Je vous confie l’animation du sanctuaire. Je suis sûr que la paroisse en bénéficiera aussi, comme elle a toujours reçu de cette basilique mais d’une autre manière. J’ai confiance dans la sagacité du Père Frédéric Masset –il reçoit la charge curiale sans être le curé !-, dans le dévouement des prêtres qui viennent célébrer-je salue le Père Geoffroy-, et dans la foi de la communauté paroissiale.

Soyez heureux ! Restez vigilants quant à la qualité évangélique de vos relations, soyez vigilants pour demeurer dans l’attente du Seigneur, et dans la joie d’être la paroisse du principal sanctuaire marial du diocèse. Je compte sur vous.

✠ Dominique Lebrun
Archevêque de Rouen.

Fermer