Père Guy Peigné F.C.

Décédé le 28 avril 2014

Guy Peigné est né le 13 septembre 1926 à Vannes. Après ses études secondaires, il entre pour deux ans au grand séminaire de Vannes, avant de se tourner vers l’Institut des Fils de la Charité. Au terme de son noviciat il prononce ses vœux religieux le 18 décembre 1951, puis est ordonné prêtre le 2 octobre 1954 à Clichy.

Les douze premières années de sacerdoce de Guy Peigné ont été marquées par une succession de nominations : Le Mans, Vierzon, Draveil, St Pierre des Corps, Hautmont, Rouen. Le désir de servir Dieu et les pauvres exprimé à la fin du noviciat était toujours bien présent en son cœur, mais la vie communautaire a été difficile à vivre pour lui. Au terme d’un temps de discernement avec les responsables, il est proposé à Guy de devenir curé d’une paroisse en Seine Maritime. C’est ainsi qu’il accepte la responsabilité de la paroisse de Villequier dans le Pays Cauchois.

Durant 34 ans, Guy Peigné va se mettre au service de la population de Villequier. Ce serait mal connaître notre frère que de l’imaginer enfermé dans le territoire paroissial. Durant toutes ces années, Guy va suivre des cours à l’Institut Catholique de Paris. Il obtiendra en 1983 un diplôme d’Egyptien Hiéroglyphique, et en 1986 un certificat supérieur de Copte. Trois ans plus tard il est récompensé par l’Agence juive pour Israël en raison de ses progrès en Hébreu.

Ses compétences en Egyptologie l’ont conduit jusqu’à La Sorbonne à l’école pratique des Hautes Etudes où il fera partager ses talents. Autant dire que les paroissiens de Villequier étaient fiers de leur curé. La raison essentielle de cette admiration n’était pas seulement due à sa culture, mais surtout à la fidélité dont il faisait preuve à leur service.

Membre de l’Ordre équestre des Chevaliers du Saint Sépulcre de Jérusalem, il est récemment élevé au rang de commandeur de l’Ordre. Cette association a pour but premier le « soutien des œuvres catholiques en Terre Sainte, notamment en matière d’enseignement du français ».

Au début de l’année 2001, Guy Peigné est victime d’un grave accident de santé qui le paralyse et surtout le prive de la parole. Nous imaginons ce que cette maladie a provoqué comme souffrances physiques et psychologiques. Après les soins de l’hôpital, notre frère Guy Peigné entre à la maison de retraite de Rouen.

Empêché de gérer sa vie et ses biens en raison de l’handicap de paralysie et de l’impossibilité de parler, il est obligé d’accepter la mise sous tutelle décrétée par le Tribunal d’Instance d’Yvetot.

Privé de ce qu’il aimait beaucoup : partager avec d’autres ce qu’il avait appris durant ses études, ne plus pouvoir parler avec celles et ceux qu’il aime mais seulement les accueillir avec son sourire et les écouter, ne plus pouvoir célébrer au sein d’une assemblée chrétienne… Guy Peigné a vécu ces 13 années dans la maison de retraite avec confiance en celles et ceux qui lui prodiguaient les soins quotidiens.

Guy a été visité par les membres de sa famille et en particulier par son frère Yves et sa sœur Anne. Un Fils de la Charité venait le voir régulièrement et sa famille religieuse lui faisait parvenir les informations et les courriers adressés à tous les religieux. La sœur Thérèse prenait soin de notre frère Guy en lui lisant ces courriers qui arrivaient des Fils de la Charité.

Le Père Guy Peigné était très apprécié dans la maison de retraite. Son sourire et sa gentillesse faisaient l’admiration de tous. Il ne se plaignait pas malgré sa situation difficile. Nous remercions les responsables et le personnel de la maison de retraite pour la délicatesse dont ils ont fait preuve envers ce frère en dépendance totale surtout lors des deux dernières années alors qu’il était devenu grabataire.

Au terme de beaucoup de souffrances, le Père Guy Peigné a cessé de lutter pour rejoindre Celui qui lui avait donné tout son amour et le désir de servir les autres. Prions pour lui et demandons à Dieu de l’accueillir dans sa tendresse de Père.

P. Jean Guellerin : responsable France des Fils de la Charité