Clais

Une église s’inscrivant parfaitement dans son environnement

Retour sur le passé :

Quelle est l’origine du nom de la commune ? Il y a une multitude d’hypothèses en la matière : Cleia, Claia, Cleis, Claies, Clees, Claids, Cleidas, Cleidoe… Cleia, d’origine latine, désignait une clôture, une palissade et par extension, un enclos. Le village se peupla à l’époque gallo-romaine et était traversé par la voie romaine reliant Dieppe à Beauvais. En 875, ce lieu fut donné aux chanoines de la cathédrale de Rouen. Avant la révolution, Clais était une paroisse du baillage de Caux. Aucun homme célèbre ne semble avoir rattaché son nom à cette localité.

L’Église :

Elle est d’apparence massive et serait née au 11ème siècle. Comme beaucoup d’églises anciennes, les matériaux de construction sont composites : pierre tufeuse côté sud, muraille en silex côté nord. Ses fenêtres sont toutes romanes et les nombreuses transformations ont entrainé une diminution de longueur du côté chevet.

Le clocher, qui n’est sans doute pas d’origine, n’est plus qu’une modeste pyramide quadrangulaire (à l’instar de celui de Lucy). Il est surmonté d’un coq brayon du 18ème siècle et n’abrite plus qu’une seule cloche, toujours actionnée par une corde de chanvre, datant de 1855. Celle-ci a reçu pour nom : Marie, Désirée, Sidonie. Des trois cloches initiales, deux furent envoyées à la fonderie nationale lors de la période révolutionnaire.

A l’intérieur, on ressent une impression de netteté et de richesse. Les murs sont recouverts de boiseries sur une hauteur de deux mètres. Les bancs sont enfermés dans des stalles et les huit sièges du chœur sont sculptés de même que la chaire et le confessionnal. A l’intérieur, le pavage conserve les tommettes du 18ème siècle. Entre la nef et le chœur, s’élèvent quatre colonnes qui soutiennent le clocher dont l’un des chapiteaux représente un singe barbu portant un serpent sur les épaules et un autre la tentation d’Eve par le serpent.

L’édifice comporte beaucoup d’éléments mobiliers intéressants ainsi qu’une belle collection d’habits sacerdotaux : statuettes, bannières, chasubles, étoles, chapes, etc…

Quatre calvaires en bois sont implantés sur le territoire communal aux emplacements les plus empruntés par les usagers de la voirie de la localité. Signalons également, pour mémoire puisqu’elles n’existent plus, les chapelles de Fresnoy-en-Val et de Hambures (de cette dernière, subsistent cependant quelques éléments inclus au sein d’une exploitation agricole et proche d’une croix monolithique).

L’église de Clais a toujours été parfaitement entretenue par la municipalité, comme l’ensemble des autres bâtiments communaux d’ailleurs. Qu’elle en soit remerciée. M.B.

eglise de Clais

Chasubles de l’église de Clais

les_eglises_se_racontent_001_bis

 

les_eglises_se_racontent_002_bis