Grandcourt

Une église des 13ème et 15ème siècles

Retour sur le passé :

Grandcourt résulte de la réunion des paroisses de Grandcourt, Pierrepont, Ecotigny, La Pierre-sur-Yères et Déville. Le site est riche en vestiges des siècles passés (outils et cimetière des époques gauloises, romaines et franques). Le bourg a abrité au 12ème siècle un hôpital et une léproserie. Cent ans plus tard, Guillaume de Grandcourt est nommé à la tête de l’armée anglaise à la bataille de Bourgtheroulde… A l’époque, la commune est une baronnie relevant du comté d’Eu (le manoir de la baronnie date de 1645 et est à l’origine un rendez-vous de chasse du comte d’Eu). Les habitants de cette commune sont les « grandcourtois ». Gageons que leur qualité première est la courtoisie. Toujours est-il qu’ils sont actuellement les meilleurs donateurs au denier de l’église.

Eglise Saint-Martin :

Une église existait déjà dans le bourg au 9ème siècle lors des invasions normandes. Elle a aujourd’hui disparu. L’église actuelle est d’une réalisation progressive à plusieurs époques. Les traces les plus anciennes remontent au 11ème siècle. La nef date du 13ème et du 14ème siècles. L’édifice fut très remaniée au 17ème siècle. Le clocher, initialement disposé au centre, a été reconstruit à l’entrée en 1865 dans un tout autre style que le reste de l’église, notamment en ce qui concerne les matériaux utilisés.

A l’intérieur, on est frappé de prime abord par sa longueur (35 mètres), sa hauteur (une dizaine de mètres), ses trois nefs, les piliers massifs qui les séparent décorés chacun d’une croix rouge rappelant quelque peu la croix pattée des templiers, les vingt cinq verrières qui les éclairent et l’immensité des vingt six boxes ou stalles en chêne. Trois cent fidèles peuvent prendre place dans l’église. Des croisées d’ogives soutenues par des colonnes semi-cylindriques intégrées aux murs supportent les berceaux des trois nefs. Les piliers précités supportent douze arcs semi-gothiques sur lesquels repose la nef centrale. Une balustrade sépare la nef et le chœur. Ce dernier, d’un style gothique accentué, n’a pas de retable et est éclairé par sept grandes verrières décorées de personnages religieux. Les vitraux disposés le long des nefs latérales datent du milieu du 19ème siècle. A l’entrée du chœur, figure une dédicace de 1482 de Robert Clément, évêque d’Hippone et religieux augustin de Rouen. Fait rare pour une église rurale, celle de Grandcourt dispose d’un orgue inauguré le 9 octobre 1877. Après un incendie survenu en 1933, l’orgue, comportant 54 notes, est restauré et « retrouve sa voix » vers 1986. A noter également l’absence de chaire et la présence d’une sacristie relativement récente d’un style semi-roman.

L’ensemble peut paraître austère, effet accentuée par l’absence d’œuvres d’art de valeur, mais n’en dégage pas moins une impression de beauté sévère et grandiose.

Le cimetière environnant est l’un des plus anciens lieux de sépulture de la contrée. M.B.

Grandcourt

 

Grandcourt2