Lucy

Eglise datant de quatre époques : 12ème, 16ème, 17ème et 19ème siècles

Un peu d’histoire :

Lucy tire son nom du latin « Luceio » vers 1077. Son site est occupé dès l’époque gallo-romaine. Les sires de Lucy font alliance avec l’Angleterre au Moyen-Âge et cependant l’un deux accompagne Guillaume le Conquérant lors de la conquête normande de ce pays. Sous le règne d’Henri II Plantagenet, Richard de Lucy est grand justicier d’Angleterre et baron de l’Echiquier. Au 12ème siècle, la cure de la chapelle de Lucy appartenait à l’abbaye du Bec-Hellouin et, au 18ème siècle, le domaine était la propriété de la famille Turgot, ministre de Louis XVI et contrôleur général des finances du royaume (Anne Robert Jacques Turgot était baron de l’Eaulne).

L’Eglise :

D’apparence massive, celle-ci domine le centre du village par sa taille. Elle est surmontée d’une tour rectangulaire coiffée d’un toit pyramidal comportant deux auvents à sa base. Au sud, on voit, à gauche, la nef, partie la plus ancienne (12ème siècle) en tuf, silex et brique. La chapelle du 16ème siècle, latérale à la nef et étayée par quatre contreforts, est éclairée par quatre fenêtres à meneaux gothiques dont les vitraux initiaux ont disparus. Le chœur, en brique, est sans doute édifié au 17ème siècle. Il est également soutenu par quatre contreforts et une petite sacristie y est accolée. Côté nord, les mur, toiture et vitraux ont bien été entretenus. Le clocher massif n’abrite plus qu’une seule cloche datant de 1622. Deux autres cloches ont été enlevées en 1793, durant la période révolutionnaire, probablement pour être fondues à des fins militaires. Durant longtemps, le coq du clocher fut surmonté d’une croix en fer comportant le nom de la commune.

Intérieurement, le décor est austère. On y trouve encore les anciens bancs à deux places enclos chacun par deux portes latérales. Le chœur est très bien éclairé par cinq grandes fenêtres à meneaux dont une est parée de sujets religieux. Le retable actuel, en bois mouluré, a remplacé celui qui se trouve désormais dans la chapelle Notre-Dame. Ce dernier, datant de 1785, semble pourtant de meilleure facture.

L’église de Lucy compte une douzaine de statues dont plusieurs en bois polychromé mériteraient un classement par les Beaux-Arts.

Pour terminer, saluons les efforts de la municipalité qui, récemment, a effectué d’importants travaux de restauration à cet édifice religieux (toiture et réparations intérieures). M.B.

eglise Lucy