Sainte-Agathe-d’Aliermont

Une église du « pays d’Aliermont »

Historique :

Des fouilles effectuées en 1836, mettant à jour quelques tuiles à rebord, attestent une présence gallo-romaine sur le site. Plusieurs appellations seraient à l’origine du nom de cette commune :

« Sainte-Agatha-de-Alacris-Monte » désigne en 1196 ce lieu cédé à Gautier de Coutances, archevêque de Rouen, par Richard Cœur de Lion.

« Sancte Agates » est cité en 1263.

• A la même époque, la commune fut également désignée sous le vocable de « Sainte-Agathe-du-Château ».

• D’autres sources affirment que « Aliermont » proviendrait du latin « mons » qui signifie « Mont » en français, précédé du patronyme « Adalharius » donnant le « Mont d’adalharius »…

A partir du 12ème siècle, la famille des « Dampierre » occupa le château jusqu’au 17ème siècle. Lors de la révolution, la totalité des biens du château fut réquisitionné mais l’église n’eut à subir aucune dégradation ou actes de malveillance. Vers 1800, des tisserands s’installèrent dans le village et durant la guerre de 1870 celui-ci fut occupé par une garnison de 2000 prussiens.

L’Eglise Sainte-Agathe :

L’église date du 13ème siècle et est consacrée à Dieu, en l’honneur de Sainte Agathe, le 24 juillet 1267 par Eudes Rigaud, archevêque de Rouen. Le sol de l’édifice est couvert de cailloux et une abside à trois pans, percée de douze fenêtres en ogive primitive, comme toutes les autres ouvertures, termine le bâtiment. Le clocher a été refait au 16ème siècle et remanié à nouveau en 1710. La cloche qu’il abritait, datant de 1584 et portant les armoiries de la famille Dampierre, a été refondue en 1884 et se nomme maintenant Marie Alexandrine Emélie. Deux hauts contreforts en grès consolident l’imposante tour supportant le clocher. La sacristie, quant à elle, fut construite en 1876.

A l’intérieur, on remarque dans la nef une inscription tumulaire et obituaire (consacré au défunt) d’un laboureur datée de 1656. A signaler également un baptistère en pierre sur lequel on distingue quatre têtes d’ange portant tonsure. A droite de l’autel, se trouve une piscine (cuve des églises primitives, dans laquelle on baptisait par immersion) à double cuvette dont l’encadrement est formé d’une double lancette surmonté d’une rose le tout orné de colonnettes et de chapiteaux.

L’église se dresse désormais dans un cadre dégagé et verdoyant sur lequel se situent également la nouvelle mairie et la récente salle communale. M.B.

Eglise_Ste_Agathe