Croixdalle et la mare « Saint Fiacre »

Mare « Saint Fiacre » à Croixdalle :

A l’extrémité du chemin d’accès à l’église se situent deux mares dont l’une d’elle, dénommée « mare Saint Fiacre », fut naguère un lieu de pèlerinage. Celui-ci, consistant en une procession avec croix et bannières, fut longtemps fréquenté par les habitants des environs et en particulier par ceux de Gouchaupré et les marins de Dieppe qui s’y rendaient dans l’espoir de guérir les maladies de peau et en particulier les dartres, hémorroïdes, ulcères et eczéma. Selon la coutume de l’époque, les pèlerins terminaient le parcours à genoux. Si l’on imagine l’état des routes et chemins, l’épreuve devait être particulièrement pénible ! Bien que le clergé ait refusé sa participation à partir de 1852, ce lieu resta toujours fréquenté. De nos jours, quelques dizaines de personnes viennent y chercher chaque année le remède miracle ou seulement par simple curiosité. D’ailleurs, l’accès à cette mare est toujours entretenu par la municipalité et l’on y trouve même, attaché à une chaine, un petit seau permettant d’y puiser l’eau sans courir le risque d’une chute malencontreuse…au royaume des grenouilles !

Qui était Saint Fiacre ?

Saint Fiacre, fils d’un roi d’Ecosse, vivait au 7ème siècle. Enflammé par l’amour de la solitude et le désir de ne vivre que pour Dieu, il partit pour la France et choisit, près de Meaux, un lieu retiré qui lui fut accordé par l’évêque local, le futur Saint Faron. Il y bâtit un ermitage, qu’il consacra à la Sainte Vierge, où il vécut dans l’austérité et la prière en multipliant les miracles auprès des pèlerins qui venaient le visiter de toute la France. L’ermitage devenant trop petit, Fiacre demanda à son évêque un terrain supplémentaire qu’il pourrait cultiver afin de nourrir les pèlerins indigents. Selon la tradition, l’évêque lui aurait octroyé en toute propriété l’espace de terre qu’il pourrait entourer d’un fossé en une journée de travail. Fiacre, laissant trainer son bâton derrière lui, aurait vu le sol se creuser de lui-même. Sur le très vaste terrain qu’il obtint ainsi, il agrandit son monastère et créa un jardin où il put cultiver légumes et plantes médicinales. Il y construisit aussi un hospice pour les malades qu’on lui amenait de tous les coins du pays. Il meurt en 670 au monastère (du Breuil) autour duquel se formera un village qui porte son nom. Au 16ème siècle, les corporations de jardiniers le choisirent comme saint patron (fête le 30 août).

Origine du nom « fiacre » donné aux voitures de location hippomobile : L’appellation « fiacre » donnée aux voitures de location hippomobile, ancêtres des taxis, proviendrait de l’enseigne de l’hôtellerie « A Saint Fiacre » à Paris situé à l’angle de la rue Saint-Martin et de l’impasse Saint Fiacre, devant lequel stationnaient les premières voitures de louage. Saint Fiacre est aussi considéré comme le patron des taxis. M.B.

.Croixdalle et la mare

Croixdalle et la mare 2