Bois-Guillaume – église Sainte Trinité

BG - Bois-Guillaume
BG - Gois-Guillaume68

L’église de Bois-Guillaume avant son « retournement » de 1868
(vue coté Sud-est)

Transformations plus récentes

1962 : La couche de plâtre qui enduisait les murs est retirée et le ravalement laisse apparaître la brique. La municipalité, qui mène à bien ces travaux, fait également ravaler les murs en pierre de la tour lanterne et de l’ancienne nef.

1969 : La paroisse met en place un nouveau chœur, avec un autel en pierre, sur socle de brique rappelant les murs de la grande nef à l’aplomb de la tour lanterne et l’ancienne chœur devient une petite nef derrière le nouvel autel.

1979 : Un nouveau système de chauffage à air pulsé est installé, avec chaufferie dans une partie de la sacristie « Sud » et réaménagement de la sacristie « Nord ».

 

Visite intérieure de l’église

Le CHRIST
Suspendu au-dessus du chœur depuis janvier 1975, il est en bois et date du XVIIème siècle. Après restauration, il a été confié en dépôt à la paroisse par la commission départementale des antiquités.

Les VITRAUX
Ils datent de 1871 et s’inspirent des vitraux de l’époque de l’église primitive.
Le grand vitrail au fond du chœur représente, en son sommet, la Sainte Trinité avec l’arc-en-ciel, signe de l’alliance entre Dieu et les hommes. Autour, des anges portent les instruments de la passion. En dessous, on peut voir 8 scènes de la vie du Christ : de bas en haut : Annonciation, Nativité, Adoration des Mages, Baptême du Christ, Gethsemani, Résurrection, Emmaüs, Ascension.
Sur les murs du chœur, 3 doubles vitraux de chaque côté reproduisent des scènes de l’ancien testament.
Dans la grande nef, on peut remarque les 6 anges musiciens au sommet des vitraux les plus proches de l’entrée et 6 autres portant blé, raisins, palmes, croix, ancre et le cœur de Jésus.

Le MOBILIER
Ancien chœur :
à gauche de l’ancien maître autel : Saint Jean Baptiste. A droite : Saint Jean l’Évangéliste (statues de bois, restaurées datant de la fin du XVIIème, à l’origine polychromes).
Sur l’ancien maître autel : de chaque coté du tabernacle : les pèlerins d’Emmaüs et la Cène. A la base de cet autel : Les Apôtres entourant le Christ (Dans l’ordre et de gauche à droite : Simon le Zélote – Barthélemy – Jacques – Jean – André – Pierre – le Christ – Paul – Jacques fils d’Alphée – Thomas – Philippe – Mathieu – Jude)
Chœur : Une console du XVIIIème siècle en bois peint et doré.
Grande nef : à droite Statue de St Romain en bois restaurée et datant de la fin du XVIIème : représentation très rare du Saint avec le dragon qu’il maîtrisa alors qu’il dévorait les habitants de Rouen, suivant la légende.
Sur les autels latéraux : statue de la Vierge Marie (à la base de l’autel : le couronnement de la Vierge). Statues de St Joseph (à la base de l’autel : mariage de Joseph et Marie).
A l’entrée de l’église à gauche : les fonds baptismaux, recouverts par la table de presse.

Les CLOCHES
Elles sont au nombre de trois : la plus grosse, ADRIENNE, fut bénite en 1865. La moyenne, MARIE-LOUISE, fut bénite en 1898 avec la plus petite : ANGÈLE.

Les ANGES MUSICIENS
Dans la nef, 5 longues poutres soutiennent la voute de l’église. A l’extrémité de chacune est sculpté un ange jouant d’un instrument de musique. Ils sont comme des veilleurs pour accompagner l’assemblée paroissiale dans sa prière par le chant qu’elle fait monter vers Dieu.

Un peu d’histoire

A Bois-Guillaume(« Boscum-Guillelmi », qui doit son nom à celui d’une maison de plaisance qui fut bâtie à l’emplacement actuel du « Chapitre », par la mère de Guillaume le Conquérant vers 1040) existait déjà, au XIIIème siècle, la chapelle de la Sainte Trinité.Cette chapelle dépendait de l’Abbaye de la « Très sainte Trinité du Mont » établie sur la côte Ste Catherine à Rouen. La chapelle devint église paroissiale à la fin du XIIème siècle et fut, plus tard, détruite.
L’un des Seigneurs de Bois-Guillaume prit part à la première croisade en 1096.
Mathieu de Bois-Guillaume, écuyer, était l’un des compagnons de Duguesclin.

Jeanne d’Arc serait passée à Bois-Guillaume la veille de Noël 1430, venant de Cailly, par la rue de la Haie, la rue de l’Église, et le chemin menant à la porte Bouvreuil à Rouen.

C’est à la fin du XVème siècle que l’église paroissiale de la Sainte Trinité fut construite à l’emplacement actuel. De cette église primitive subsistent aujourd’hui la tour lanterne et l’ancienne nef (celle du fond).
La paroisse de Bois-Guillaume était, parait-il, la plus grande de France : 1175 ha (elle avait sept lieues de tour) et comprenait l’actuel Bihorel (243 ha) qui n’acquit son autonomie de commune qu’en 1892. A cette époque, la population sédentaire de Bois-Guillaume était de 3000 habitants.
C’est de 1869 à 1872 que fut construite la grande nef et réalisée l’église actuelle par agrandissement de l’ancienne.

En 1867, le Cardinal de BONNECHOSE, lors de sa visite pastorale, avait observé que l’église était trop petite pour la population et qu’« un agrandissement était nécessaire ».
C ‘est l’abbé  Alexandre LEBRET, curé de Bois-Guillaume de 1865 à 1897, qui prit cette tâche à bras le corps : agrandir son église ! Malheureusement aucun terrain n’était disponible à l’Ouest (coté nef). Par contre, à l’Est (coté chœur) un terrain existait ; son propriétaire, Mr BOULEN, en fit don au diocèse.
C’est ainsi que fut conçu le projet original de retournement de l’église, fait rarissime ! On décida donc de détruire le chœur et de le remplacer par la grande nef actuelle, en conservant l’ancienne nef pour la transformer en chœur. Ainsi l’édifice fit une volte-face de 180° pour être orienté en direction du Ouest/Sud-ouest, orientation rare pour une église.
Cette inversion qui avait été oubliée, fut redécouverte pendant la dernière guerre en 1941 par un prêtre allemand qui, infirmier à l’hôpital, venait y dire sa messe. Intrigué par son orientation peu commune, après recherches, il en trouva la raison et fit part de sa découverte au curé de l’époque, l’abbé Santais qui en fut tout étonné.
L‘agrandissement de l’église de Bois-Guillaume est une réussite architecturale, car les constructeurs se sont attachés à conserver « le cachet d’unité » en reproduisant fidèlement sur la nef de 1868 les caractéristiques des bâtiments d’origine.

BG - église 1

L’ORGUE
Acheté par la Paroisse en 1977 à l’institution Join Lambert de Rouen (établie autrefois sur le territoire de la paroisse de 1846 à 1900). Cet orgue, un Cavaillé-Coll construit en 1878 pour l’exposition universelle de Paris a été restauré de 1959 à 1962.
Il comporte 15 jeux (907 tuyaux) répartis sur deux claviers manuels de 56 touches et un pédalier de 30 marches. Le Buffet est en chêne massif : il pèse deux tonnes et demie.
Il a été restauré en 2015.

L’organiste titulaire est Michel LATOUR.

Complément d’information sur le site de l’Observatoire du Patrimoine Religieux