Mot du curé – 15 octobre

Le rapport de la CIASE a été un véritable uppercut pour chacun de nous : le nombre de victimes, les dysfonctionnements de l’Eglise sont pour chacun de nous un motif de douleur profonde voire de honte.
Ce rapport est aussi salutaire pour nous ouvrir à la souffrance des victimes, trop longtemps tue et mise sous le boisseau, alors qu’il s’agit d’une blessure immense qui dure tout au long de la vie.
Ayons à cœur de remettre les victimes au cœur de notre prière. C’est pourquoi, à la demande de plusieurs d’entre vous, nous vous proposons de jeûner ensemble dans la durée et de nous rassembler pour prier silencieusement dans nos églises pour les victimes
Nous commençons dès ces vendredis d’octobre : de 12h à 13h à Notre Dame des Anges, de 19h à 20h à St François.
Nous pourrions donner le prix du repas pour une association de victimes.

Ce rapport est rude dans la vérité qu’il révèle, mais il est aussi salutaire pour l’Eglise et pour l’ensemble de la société. Nous le savons depuis le discours de Jésus : « la vérité rend libre ! ». Cette vérité est douloureuse sur le moment, mais elle ne peut être que salutaire dans la durée. Soyons-en sûrs !

Père François-Xavier Henry