Mot du curé – 22 octobre 2021

Nos activités familiales, personnelles et professionnelles ont repris, avec les soucis inhérents à chacune d’entre elles.
Suite au rapport de la CIASE qui continue d’être une onde de choc pour chacun d’entre nous, nous vous proposons de prier ensemble et de jeûner une fois par semaine le vendredi entre 12h et 13 à Bihorel, entre 19h et 20h à st François. . Prier en silence pour intercéder auprès de Dieu, pour lui confier les victimes et leur difficile reconstruction. Prier aussi pour que l’Esprit Saint inspire à l’Eglise les mesures nécessaires pour qu’elle devienne une « maison sûre ». Prier également pour que le Seigneur dissipe les brouillards de nos peurs et de nos suspicions : « Pourquoi ce silence, ces dysfonctionnements durant si longtemps ? » « Comment l’institution qui déclare avoir un lien héréditaire avec l’évangile a-t-elle pu faillir à ce point ? »

Ce week-end, nous vivrons volontairement une liturgie dépouillée et pénitentielle pour les victimes et pour notre chacune de nos conversions, même les plus difficiles.

Nous l’entendions cette semaine dans la lettre de St Paul aux Romains (Rm 12, 13) : « présentez-vous à Dieu comme des vivants revenus d’entre les morts, […] vous êtes sujets de la grâce de Dieu. » Ces vivants revenus d’entre les morts, ce sont les victimes qui acceptent de témoigner, de dire une blessure qui ne cicatrise pas à haute voix. Ces vivants revenus d’entre les morts, sujets de la grâce de Dieu, ce sont les saints que nous fêterons lors de la Toussaint dans un unique bouquet. Sujet de la grâce de Dieu, ils ont accepté d’être peu à peu libérés de leurs péchés pour vivre selon le cœur de Dieu. Ils nous montrent, chacun à leur manière, victime comme saint, ce qu’est « vivre en ressuscité »!

Père FX Henry