Semaine du 14 au 20 septembre 2015

Lundi 14 septembre 2015

commentaire evangilesCommentaire de Marcel Nicolas diffusé sur RCF Haute-Normandie
Lundi 14 septembre 2015Jean 3, 13-17 .

Accueillons aujourd’hui cette parole de vie alors que commence cette journée nouvelle, cette semaine nouvelle. « Dieu a tant aimé le monde qu’il lui a donné son Fils unique. afin que quiconque croit en lui ne se perde pas mais ait la vie éternelle … »

Nous sommes un peu comme Nicodème qui s’interroge, qui vient de nuit rencontrer jésus, qui cherche une réponse à ses questions…                                                                                     D’un coté, il y a le monde avec ses promesses mais aussi ses désillusions, les réalités de la vie avec ses angoisses, la peur de l’avenir  pour nous , pour nos proches…D’un autre coté , c’est Jésus-Christ, son message d’amour, sa vie, et son rejet par les grands de son pays, sa condamnation manigancée, sa crucifixion horrible mais aussi… sa résurrection et son rayonnement 2000 ans encore après ces événements …

Oui, notre Dieu est un Dieu d’amour  et Jésus nous a été donné, nous est donné, pour que chaque homme , chaque femme ait la vie, trouve le bonheur, le vrai et même la vie éternelle .  Non, Jésus ne vient pas pour juger mais pour sauver l’homme, tout homme, tout l’homme . Alors , suivons le .

Mardi 15 septembre 2015

commentaire evangiles

Commentaire de Marcel Nicolas diffusé sur RCF Haute-Normandie

Mardi 15-09-2015.

Jean 19, 25-27.

Quelle belle scène d’humanité découvrons -nous aujourd’hui dans l’évangile de Jean ! Scène de douleur  un peu comme celle qu’il nous arrive de vivre quand nous quitte un de nos proches : parent, enfant, ami très cher ! Moment pénible de pleurs, de recueillement , de cris parfois ! Oui, Jésus, Fils de Dieu incarné , a voulu partager , jusque là , notre condition d’homme .                      Ce matin, l’Eglise nous présente les plus proches, Marie, sa mère , la sœur de sa mère , Marie-Madeleine, celle qui avait « choisi la meilleure part » et Jean , le disciple « que Jésus aimait » . Ils sont là, se soutiennent mutuellement, fidèles entre les fidèles à Celui qui les aimait et en qui, ils croyaient..Alors, Jésus, mourant a un dernier sursaut de tendresse envers Marie, sa mère : Il la confie à son disciple préféré, Jean, qui est là pour cette dernière scène : »Femme , voici ton fils… » et, à Jean, marque suprême de confiance, : Voici ta mère ! »                          Laissons nous porter aujourd’hui par ce souvenir des derniers moments … en nous disant qu’à travers Jean, c’est à nous que Jésus a confié Marie et qu’il nous faut la vénérer comme en ce 15 septembre qui lui est offert par l’Eglise , et l’aimer comme une mère, et d’autre part nous savons que Jésus nous a confiés à sa tendresse . Merci Seigneur !

 

 

 

Mercredi 16 septembre 2015

commentaire evangiles

Commentaire de Marcel Nicolas diffusé sur RCF Haute-Normandie

Mercredi 16 septembre 2015.

Luc 7, 31-35.

C’est au cours de son ministère en Galilée que jésus fais quelques remarques sur la manière dont les gens de son époque réagissent  à ses propos, à ses actes, à ses habitudes de vie …   Apparemment, les avis sont très divers . Cela ne l’étonne pas trop car il a entendu aussi des critiques sur le comportement de Jean le Baptiste …                                                                        Evidemment, comme l’on dit : « on ne peut pas plaire à tout le monde ! Et, toute manière de penser, d’agir, de vivre qui ne rejoint pas la nôtre paraît suspecte, dérange … En fait si les enfants jouent de la flûte c’est bien pour que leurs camarades dansent, ils ont envie de les mettre dans la joie, ensemble, alors , pourquoi ne dansent-ils pas ?  Si les enfants entonnent un chant triste c’est bien pour que leurs camarades simulent la tristesse… alors, pourquoi ne rentrent-ils pas dans le jeu ?                                                                                                                                                                                                       Si Jean Baptiste , reconnu pourtant comme un prophète, manifeste une vie très austère , c’est bien pour inviter les gens qui viennent le voir  à une vie plus sobre , à faire pénitence . Alors pourquoi ne font ils rien ?  Par contre pourquoi critiquent ils Jésus qui  mange et boit normalement , au point de l’accuser d’être un glouton ?                                                                          En fait ,  Jésus, aujourd’hui, les invite essentiellement à ne pas juger mais à discerner ce qui est bon, ce qui est mauvais . Toute rencontre, toute expérience, tout comportement , apporte comme le vent qui souffle où il veut … des informations nouvelles, différentes … Comment les accueillir ? dans quel esprit ? N’est-ce pas en essayant de discerner dans ces paroles, dans ces événements ce que veut me dire l’Esprit de Dieu ?  Essayons d’y être attentifs aujourd’hui

 

 

Jeudi 17 septembre 2015

commentaire evangiles

Commentaire de Marcel Nicolas diffusé sur RCF Haute-Normandie

 

 

 

 

 

 

Vendredi  18 septembre 2015

commentaire evangiles

Commentaire de Marcel Nicolas diffusé sur RCF Haute-Normandie

 

Vendredi 18-09-2015

Luc 8, 1-3.

C’est ainsi que Dieu a voulu que se réalise l’annonce de la Bonne Nouvelle et son projet d’une Alliance Nouvelle … Moyens on ne peut plus modestes pour un aussi noble projet !!                      Tout d’abord, un groupe avec Jésus, bien sur, douze braves hommes dont plusieurs tirés récemment de leur bateau de pêche, quelques femmes « récemment guéries d’esprits mauvais et de maladies » . Heureusement quelques unes de ces dames ont un peu de réserve financière pour faire vivre le groupe .   On aurait tendance à dire : « ce n’est pas sérieux ! »  Evidemment quand on veut réussir un projet aussi important, il faut rassembler des moyens de qualité !   Il faut croire que ce n’est pas ainsi que Dieu voit les choses du Royaume …                    Alors, tout le groupe se met en marche. Non, il ne s’installe pas au cœur d’une grande ville pour y rassembler les foules autour d’un Forum spectaculaire avec de grands et beaux discours et quelques guérisons bien ciblées.                                    Non, il ne se jette pas du haut du Temple comme Satan lui avait suggéré. Non, ce n’est pas le choix retenu mais plutôt celui de cheminer tranquillement à  travers villes et villages et d’y rencontrer les gens, particulièrement les plus touchés par la souffrance. Et nous savons que, peu à peu, des foules nombreuses les rejoignirent et que, leur témoignage de vie, le message de Jésus, des guérisons, créèrent Evènement et firent des disciples.  De ce premier moment missionnaire,  nous pouvons sans doute retenir que pour Jésus, pour Dieu, ce qui compte c’est la simplicité, c’est l’engagement du cœur.  Essayons, dès aujourd’hui, dans tous nos engagements, d’entrer dans ce mouvement …