Confirmation diocésaine des adultes – 23 mai

???????????????????????????????Accueil

« Je ne demande pas la confirmation comme une récompense […] ce n’est pas un brusque zèle religieux qui me fait demander ce sacrement […] en recevant la confirmation en communion avec l’assemblée de l’Eglise, ce n’est pas moi qui suis mis à l’honneur, c’est le peuple de Dieu qui m’accueille et qui est confirmé dans l’Amour du Christ » (S.P.).

Homélie

« A l’aube de mes vingt ans, j’ai décidé de lire la Bible. Ce fut pour moi une révélation. J’ai alors compris que Jésus avait toujours été à mes côtés depuis ma naissance, mais que je n’avais pas su détecter jusqu’alors sa présence ni su m’en imprégner » (C.A.).

Dieu connait chacun de nous par son nom et nous aime tendrement même quand on ne s’en rend pas compte.

Depuis les apôtres, les chrétiens se transmettent ce secret.

Mais quand il est reconnu, cet amour de Dieu peut changer l’homme en profondeur. Cet amour a un nom : Esprit Saint.

L’Esprit Saint n’a pas de visage mais les lectures que nous venons d’entendre, sans en épuiser le mystère, nous disent qui il est ; non pas d’une manière abstraite et théorique mais à partir de ce qu’il fait.

« Je pensais qu’il n’y avait pas de place pour le mystère dans notre monde » (A.P.). « Ma demande est faite librement. (Elle) correspond à un besoin ressenti alors que je questionnais le but de mon existence sur cette terre (J.M.J.).

Ce sont des événements joyeux, des épreuves, des expériences malheureuses, votre mariage, l’éducation de vos enfants voire leur inscription au catéchisme qui vous ont conduits à demander la confirmation. Si j’avais besoin de m’en convaincre, en me référant à vos lettres, je constate que Dieu est patient. Il vous a fallu du temps pour laisser l’Esprit Saint vous rejoindre. Dieu ne fait rien à notre place et sans nous. Il ne nous dispense ni de l’effort, ni du courage, ni de la réflexion. « Mais aujourd’hui Dieu est là au quotidien avec moi » (L.P.). « Je ne peux plus vivre aujourd’hui sans mon Père comme je l’appelle » (J.B.). « Je suis en paix avec moi-même, même si je subis des attaques. Je ne m’en soucie guère puisque Dieu veille sur moi » (M.J.).

« Je lui demande de me donner la force et le courage, de chasser les vieux démons qui sont en moi et toutes ces peurs qui me paralysent et qui m’empêchent d’être en relation avec les autres » (S.H.).

Comme un fleuve d’eau vive, l’Esprit Saint étanche nos soifs, nous dit Jésus dans l’évangile. L’Esprit est ce que Dieu possède de plus précieux puisque c’est lui-même

L’Esprit qu’il nous donne et qui reposait en plénitude sur lui, est un esprit de conseil et de force. La force n’est pas la violence mais ce qui nous permet de tenir bon, la fidélité. A la Pentecôte il est venu secourir la faiblesse de Pierre : il remet debout celui qui s’était effondré le Vendredi-Saint. Relevons le défi de la justice alors qu’elle est si souvent mise à mal par les inégalités et les spéculations qui font que certains ont toujours plus alors que d’autres s’enfoncent dans la précarité, et que notre monde est menacé par les dérèglements climatiques.

C’est aussi un esprit de sagesse et d’intelligence. Il s’exprime tout autant par les sentiments et les actes que par les réflexions. Il est attentif aux situations concrètes et nous guide sur un chemin de vérité. A la Pentecôte il permet aux Apôtres de lire les signes des temps et de reconnaitre que Dieu agit souvent là où on ne l’attend pas. Donnons toute sa dimension et son ampleur à notre vie en nous demandant en quoi consiste le bonheur : consommer et posséder toujours plus ou construire des amitiés, une famille, une communauté où chacun est reconnu à sa juste valeur, mérite d’être écouté et aimé pour lui-même.

C’est un esprit de connaissance et d’affection filiale (ce que la Bible appelle la crainte de Dieu). Comment en effet donner à Dieu sa juste place sans s’arrêter pour lui consacrer un peu de notre temps si précieux, gratuitement, pour lui parler et surtout pour le laisser nous parler à travers les textes de la Bible ou dans le silence d’une prière ?

Dans la confirmation, par les dons qu’il nous fait, Jésus s’engage à nos côtés. Accompagnés par lui nous sommes introduits dans le mystère de Dieu, dans son amour, dans sa vie. Nous ne pourrons jamais plus penser ou dire qu’ « (il nous) a oublié(s) » (S.D.).

Laissons-nous conduire par l’Esprit. Amen.

23 mai 2015

Eglise Saint Jacques de Dieppe

Voir les photos sur le site du catéchuménat