Œuvre du Blé eucharistique 2015 – 20 mai

Blé eucharistique 2015C’est au cours de la semaine où l’Eglise prie pour que lui soit renouvelé le don de l’Esprit qu’ont lieu, cette année, votre rassemblement de l’Œuvre du Blé eucharistique, votre prière à l’intention de ses donateurs et votre action de grâce.

L’Esprit Saint, l’Esprit de Dieu et de Jésus, anime l’Eglise. Nous le recevons au baptême et à la confirmation ; son don nous est renouvelé chaque fois que nous célébrons l’Eucharistie et que nous communions. Cet esprit fait ce que nous sommes, notre identité de chrétien. Il nous donne de vivre comme Jésus, en frères et en sœurs de Jésus.

L’Esprit Saint est un esprit de vie. Il change notre regard sur les réalités de ce monde et tisse entre nous des liens de fraternité.

Nous vivons actualité troublée tant à l’échelon international que dans notre pays. La menace du terrorisme engendre des réactions de peur et la tentation du repli sur soi. Restaurer la confiance et construire la fraternité sont des tâches particulièrement urgentes. Mais elles nous situent souvent, nous les chrétiens, en décalage par rapport à beaucoup dans notre société. C’est l’Esprit qui nous fait croire et dire que les murs qui séparent les villes et les campagnes, les quartiers bourgeois et les banlieues populaires, les religions, la droite et la gauche ne montent pas jusqu’au ciel. C’est l’Esprit qui nous garde de baisser les bras : il est toujours possible de maitriser ses peurs, de se réconcilier, de vivre en paix en se reconnaissant et en se respectant dans ses différences.

L’Esprit Saint donne le courage d’oser et d’entreprendre. Il était à l’œuvre, il y aura quatre-vingt-dix ans l’année prochaine, lorsque jeune carmélite a demandé à son père d’offrir du blé pour que ses sœurs disposent de la farine nécessaire pour pétrir et cuire les pains d’autel des messes célébrées dans le diocèse de Rouen, et depuis 1974 dans celui du Havre, participer à la formation des prêtres et les entourer à la fin de leur vie. C’est ce même esprit qui vous donne l’audace de solliciter la générosité de vos voisins, voire de les relancer. L’Esprit est une force irrésistible.

Aussi, malgré la difficulté de la tâche il vous rend acteurs de la prière de Jésus que nous entendions dans l’évangile. Il demandait à son Père que ses disciples soient unis en son nom, comme lui le Fils est uni au Père. L’Esprit est un esprit de communion. Il crée les liens entre les paroisses, entre les diocèses mais surtout entre les personnes : ce qui va se concrétiser par les mains de pain béni (5 350) dont vous repartirez chargés pour les remettre à ceux que vous avez sollicités. D’une certaine manière l’Esprit les rend présents en ce moment avec nous.

Etre réuni autour d’une même table, partager le pain, crée des liens. Cet après-midi c’est Jésus lui-même qui nous invite. Il est là, au milieu de nous ; l’autel, la croix, le cierge pascal que j’ai encensés, notre assemblée, le pain et le vin qui vont devenir son corps et son sang sont les signes de sa présence. Et voici qu’une nouvelle fois il se donne à nous comme un aliment de vie. Alors, au moment de la communion, quand le prêtre nous présente le corps du Christ et que nous répondons : « Amen », que l’ouverture de nos mains exprime celle de notre cœur. En communiant, en mangeant ce pain que votre dévouement a permis de cuire, ce n’est pas nous qui assimilons et digérons la nourriture qui nous est alors offerte, c’est lui, Jésus, qui nous assimile à lui. Nous devenons ce que nous mangeons : le Corps du Christ. Nous ressentons l’amour de Dieu, nous sommes refaits à neuf, nous sommes libérés des esprits mauvais, de nos dépendances, de notre péché. L’Esprit fait toutes choses nouvelles car il les renverse.

En donnant à l’Eglise une part de vos récoltes, c’est à Dieu que vous donnez. Vous lui donnez un peu de vous-mêmes, une part de vous-mêmes car le blé est autant le fruit de votre travail que le produit de la terre et des saisons. Dieu accepte votre don et vous le rend en vous faisant communier réellement à sa vie. Quand nous sommes fidèles à ce don, ceux qui nous entourent peuvent à travers nous et grâce à nous découvrir Dieu, reconnaitre son visage, expérimenter sa présence. C’est par sa proximité et son attention à ce qui faisait leur vie que Jésus a fait découvrir à ceux qui le suivaient de quel amour ils étaient aimés de son Père.

Votre don, votre générosité, votre dévouement vous associent et vous font donc acteurs de la prière que Jésus adressait à son Père et nous entendions dans l’évangile : « Je me sanctifie moi-même, afin que (mes disciples, ceux qui me suivent, chacun de nous qui sommes rassemblés ici) soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. » Amen.

20 mai 2015 Cathédrale Notre Dame de Rouen

Voir les photos