19 martyrs d’Algérie béatifiés samedi 8 décembre à Oran

à Oran et retransmis sur KTO

Béatification à Oran de 19 martyrs d’Algérie. Parmi eux, Sœur Paul-Hélène, Petite Sœur de l’Assomption, a séjourné 3 ans au Petit-Quevilly.

Mgr Dominique Lebrun sera présent à Oran ce samedi 8 décembre à l’occasion de la béatification de 19 martyrs d’Algérie, invité par les évêques d’Algérie en raison de liens d’amitié (Mgr Dominique Lebrun était l’un des 3 évêques consécrateurs le 12 janvier 2009 de Mgr Paul Desfarges, jésuite, originaire de Saint-Etienne, nommé évêque de Constantine et Hippone le 21 novembre 2008 puis archevêque d’Alger, le 24 décembre 2016) et une attention particulière pour le père Jacques Hamel assassiné le 26 juillet 2016.

KTO retransmettra en direct la messe de béatification à 13h via http://www.ktotv.com/ (retrouvez un documentaire inédit et des témoignages dès 10h40)

_____________________________________

Parmi les dix-neuf religieuses et religieux assassinés en Algérie pendant la guerre civile des années 1990 et qui seront béatifiés ce samedi 8 décembre 2018 à Oran, Sœur Paul-Hélène Saint-Raymond  qui a séjourné 3 ans au Petit-Quevilly.
Née le 24 janvier 1927 dans le 17e arrondissement de Paris, soeur Paul-Hélène de Gethsémani est issue d’une famille nombreuse de dix frères et soeurs, dont un deviendra prêtre du diocèse de Saint-Denis. Elle entre dans la congrégation des Petites Sœurs de l’Assomption (PSA) en 1952 après des études de physique à La Sorbonne et un début de vie professionnelle dans un laboratoire de recherche industrielle. Après sa première profession religieuse en 1954, elle effectue des études d’infirmière. Sœur Paul-Hélène séjourne ensuite dans la communauté du Petit-Quevilly de septembre 1960 à septembre 1963. Elle était assistante de la supérieure de la communauté, Sœur Marie-Denise Thouvard jusqu’en 1962 puis Sœur Marie-Louise Oudin (Sœur Marie-Louise du Saint-Esprit).

La communauté du Petit-Quevilly, composée de 12 à 15 sœurs, assurait une présence auprès des familles ouvrières. Les sœurs animaient dans leur maison, située au 10 rue Ursin-Scheid, un centre de soin tenu par des sœurs infirmières dont sœur Paul-Hélène, et un centre social. Un autre groupe de sœurs, travailleuses familiales, accomplissaient les tâches familiales dans les familles où la maman ne pouvait  les accomplir à cause de la maladie.

Après son séjour au Petit-Quevilly, sœur Paul-Hélène est envoyée à Algérie comme infirmière. Elle y restera toute sa vie, principalement à Alger, excepté deux séjours à Tunis et à Casablanca. Elle reviendra dans le diocèse de Rouen une seule fois, du 7 au 14 juillet 1986, pour une session inter-assomption sur « le défi de la pauvreté » (avec notamment cinq autres Petites Sœurs de l’Assomption et 50 Assomptionnistes) au Centre d’accueil des Essarts à Grand-Couronne, tenu à l’époque par les Assomptionnistes.

Sœur Paul-Hélène a été assassinée  à Alger le 8 mai 1994 juste avant le frère Henri Vergès dans la bibliothèque où ils travaillaient, confiée par le diocèse aux frères maristes en septembre 1988 dans le quartier de la Casbah. Elle est ainsi la « première » des martyrs d’Algérie.

 

Site des 19 Bienheureux martyrs d’Algérie