Disputatio « Femmes et religion : peut-on être croyante et libre ? »

à 20h cathédrale Notre-Dame de Rouen

En 1920, Jeanne d’Arc fut honorée par deux fois : canonisée par l’Eglise catholique le 16 mai, elle fait l’objet, le 10 juillet, d’une loi de la République française qui institue la Fête nationale de Jeanne d’Arc et du patriotisme, le deuxième dimanche de mai. Héroïne de la foi, héroïne de la résistance d’une nation, cette jeune femme a endossé les attributs masculins du guerrier et de la parole. Peut-on la considérer comme une féministe pour avoir bousculé les codes sociaux et fait de la femme un acteur majeur de l’histoire ?

Ce centenaire de la Pucelle d’Orléans trouve un écho certain dans les débats actuels sur la place des femmes dans la société et le malentendu qui semble exister entre les religions et le féminisme. Les religions ont-elles un problème avec les femmes ? Comment comprendre l’égalité des sexes quand la Bible affirme qu’Homme et Femme Il les créa, instituant une différence et une complémentarité ?

La question soulève le problème de l’équilibre entre la liberté (le choix libre d’une croyance et de ses normes religieuses) et l’égalité (pourquoi des normes différentes en fonction des sexes ?). La croyance en un Dieu qui libère peut sans doute aider des femmes à s’émanciper. Leur croyance ne rejoint-elle pas le combat des féministes qui vise à libérer les femmes d’un statut socio-culturel, et parfois d’un droit qui les infériorise ?

Au-delà des lieux communs, la question des rapports entre l’émancipation féminine et les religions pose plus sûrement celle de l’engagement des femmes, leur rôle dans les institutions, et somme toute, et bien plus fondamentalement, leur pleine condition d’humanité.

Intervenantes : Pauline Bebe et Nicole Pellegrin (historienne)

Infos pratiques : Gratuit.

Durée : 1h30.

Accès : Teor 1, 2, 3 : station Cathédrale