Une nouvelle traduction du Missel

destinée à toutes les églises locales, constituant l’Église universelle

La nouvelle traduction du Missel romain entre en vigueur le 1er dimanche de l’Avent : qu’est-ce que cela change ?

Dès le premier dimanche de l’Avent, dimanche 28 novembre 2021, des mots, des formules, des réponses changent et le chant prendra une place plus importante. Une nouvelle traduction du Missel entre en vigueur. Elle remplace celle en usage depuis 1969. Il ne s’agit donc pas d’un nouveau Missel, mais d’une nouvelle traduction du même Missel.

Quelles sont les nouveautés ?

L’édition du présent Missel met, entre autres, l’accent sur certains aspects :

  • une révision des traductions des prières, des préfaces et des dialogues rituels : compte tenu de l’évolution de la langue française, il convenait de retravailler les traductions des textes latins tout en les ajustant plus particulièrement au texte source.
  • la mention de l’importance du silence pour la réception fructueuse de la Parole de Dieu : comme le rappelle la Présentation Générale du Missel Romain (PGMR), le silence fait partie de l’action liturgique et offre la possibilité d’un accueil de la Parole de Dieu.
  • la mention, dans le symbole de Nicée-Constantinople, du terme « consubstantiel » remplaçant le « de même nature » : Le terme ‘consubstantiel’ vient exprimer l’identité de substance entre le Père et le Fils au cœur de la vie trinitaire. Il s’agit d’un article de foi. Le symbole des apôtres n’a pas été modifié.
  • le renouvellement des formules de la préparation des dons et de la prière sur les offrandes afin de mieux manifester que Dieu est à la source de ce que nous lui offrons sous la forme du pain et du vin.
  • la mention « il dit la bénédiction » dans le formulaire de la consécration vient rappeler que Dieu est source de toute bénédiction.
  • l’invitation à la communion « Heureux les invités au repas des noces de l’Agneau » permet d’exprimer le mystère de l’Alliance avec Dieu.

Quelques changements pour les fidèles