Hébergement solidaire

Origine

Cette action de la paroisse est née il y a 4 ans, faisant suite à une tradition d’accueil par des   paroissiens, de personnes sans domicile, notamment en accompagnant une famille roumaine qui s’est maintenant insérée par le logement et le travail.

La disponibilité du presbytère de Sainte Claire a provoqué une réflexion sur la possibilité de mettre à l’abri temporairement des familles à la rue. Un premier travail a été entrepris avec Habitat et Humanisme pour envisager les conditions de location de ce presbytère mais ce projet n’a pas abouti.

En même temps, la prise de connaissance de l’expérience d’accueil de réfugiés dans des familles, à Lille par l’association le RAIL (Réseau d’Accueil d’Immigrés de Lille) nous a permis d’élaborer une charte d’accueil à domicile, apportant un cadre sécurisant pour les accueillant(e)s avec une durée déterminée (de 2 à 5 semaines) et la désignation d’un accompagnateur et d’un référent.

Les principes de l’action 

L’équipe est constituée d’une vingtaine de membres qui se réunissent régulièrement avec notre curé pour faire le point sur les accueils et faire les choix d’orientation de l’action.

Les candidats à l’hébergement se présentent de diverses manières : demande directe par la personne, par l’intermédiaire de la pastorale des migrants, par un membre de la paroisse, un service social, un partenaire associatif… Il n’est pas possible d’accueillir en urgence.

Pour les accueils à domicile, femmes seules ou avec un jeune enfant, une première rencontre avec 2 membres de l’équipe est organisée pour faire connaissance, présenter le cadre de l’hébergement solidaire et évaluer notre capacité à répondre. L’équipe est ensuite sollicitée et les accueils organisés.

La charte signée par les accueillants, les accueillies, le référent et l’accompagnateur permet de poser un cadre sécurisant : durée, conditions de mise à disposition de la chambre et règles de vie dans la famille, les modalités d’accompagnement. L’accueillant offre le gite et le couvert. Il n’y a pas de rapport d’argent entre les accueillants et les accueillis.  L’aide financière est apportée par le trésorier du groupe. Le délai d’accueil est strictement respecté, le groupe se chargeant de la suite à donner.

Pour l’accueil au presbytère, suite à la première prise de contact, les conditions sont précisées dans le contrat d’hébergement temporaire signé à l’entrée, accompagné d’un état des lieux. Il peut servir de justificatif de domicile.

Les accompagnateurs travaillent en coordination et complémentarité avec, selon les cas, les services sociaux, les structures d’hébergement, les associations, la pastorale des migrants, les avocats, la préfecture, les écoles, les structures médicales, les associations caritatives…

Les Accueils réalisés

Octobre 2015-octobre 2017 : simultanément à la campagne d’accueil de réfugiés, le diocèse sollicite notre équipe et propose 2 familles en situation de grande précarité.  Au regard de nos possibilités, nous réalisons notre premier accueil dans une famille d’une femme congolaise en demande d’asile, avec ses 3 enfants. Afin de respecter le délai fixé avec les accueillants, nous transférons la famille dans le presbytère en faisant un premier contrat d’hébergement temporaire.

L’accompagnement est mis en œuvre : dossier OFPRA, avocat, vie quotidienne, scolarisation des enfants, services sociaux, maintien des demandes dans les dispositifs d’hébergement, aides financières… et des issues heureuses et inattendues se   concrétisent. Le statut de réfugiée est accordé, les 2 plus jeunes enfants de 2 et 3 ans, restés au pays, rejoignent leur mère,  puis son mari dont elle n’avait pas de nouvelles depuis plusieurs mois. L’accompagnement s’est poursuivi pour l’ouverture des droits sociaux et l’accès au logement. La famille est maintenant autonome et intégrée dans le quartier et la paroisse.

Novembre 2017- mars 2018 : 7 familles de la paroisse ont accueilli des personnes sans abri à leur domicile :  une femme avec 2 jeunes enfants, 4 hommes seuls. Un homme est encore pris en charge par l’ hébergement solidaire.  Les sorties : 2 personnes sont maintenant en centre d’hébergement et de réinsertion sociale,  un homme est logé chez un ami et un homme est retourné au pays.

Avril 2018 à ce jour : le presbytère a permis d’accueillir une famille albanaise, les parents avec les 6 enfants, pendant 2 mois en attente d’une attribution de logement en CADA, (Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile) en Bretagne ainsi qu’une femme seule Angolaise avec ses 4 jeunes enfants pendant 4 mois, transférée en CADA à Evreux.

Le presbytère est occupé par  2  nouvelles familles : une femme mauritanienne avec ses 2 enfants et une femme congolaise avec ses 3 enfants.

Une femme a été accueillie 4 mois en famille et est maintenant logée par son employeur. 2 hommes sont encore accueillis dans le cadre de l’hébergement solidaire

Jusqu’à ce jour nous n’avons eu aucun problème avec les personnes ainsi aidées.

5 demandes d’hébergement ont été examinées depuis 2 ans mais n’ont pas permis de donner suite.

Le soutien financier

Au regard de la situation financière de chaque personne accueillie, une évaluation des besoins a été faite et le groupe est venu apporter le soutien financier nécessaire. Le groupe a aussi assumé les charges locatives du presbytère de Ste Claire. La caisse de soutien a été alimentée par les paroissiens, soit lors d’une quête, soit sous forme de don ponctuel ou régulier (15 ou 20 € /mois). Ces dons ne permettent pas de bénéficier d’une déduction fiscale, malgré les demandes entreprises auprès du diocèse.

Toutes ces collectes ont permis de recueillir plus de 8 000 € sur les 3 années.  Dès que les personnes accueillies ont des ressources, elles participent aux charges.

Un enrichissement mutuel

Tous les accueils qui ont été réalisés ont permis de belles rencontres. Nous avons découvert les réalités vécues par nos frères et sœurs en humanité accueilli(e)s : persécutions, menaces, dangers encourus lors de la fuite, précarité liée à l’errance, insécurité…L’accompagnement nous a fait percevoir les complexités administratives et les multiples démarches à réaliser pour s’en sortir. Toucher du doigt ces réalités ne peut pas laisser indifférent. Malgré les épreuves qu’elles traversent, la combativité de ces personnes nous bouscule et nous fait sortir de nos conforts individuels. Nous avons aussi rencontré des personnes bienveillantes dans de nombreux services : hôpitaux, écoles, mairies… et des citoyens très engagés à leurs côtés.

Nous avons découvert d’autres cultures et aussi l’énergie déployée par ces personnes pour s’adapter à notre mode de vie.

Des liens d’amitié se sont créés, qui perdurent au-delà du temps d’accueil.

Et maintenant :

Le nombre de personnes ou familles à la rue, mais aussi de mineurs non accompagnés ne cesse d’augmenter. La pastorale des migrants sollicite régulièrement notre groupe. Nous privilégions les demandes d’accueil de femmes seules ou avec un jeune enfant.

Vous voulez aider : vous pouvez proposer votre contribution pour accompagner, pour loger temporairement à votre domicile, pour faire des démarches, pour transporter, pour partager des temps de convivialité et de loisirs, pour faire des dons de toutes sortes…. Vous pouvez aussi découvrir comment nous fonctionnons en demandant à être inscrit sur la liste des destinataires des informations qui circulent entre les membres de l’équipe

Vous pouvez apporter votre soutien financier :

  • Par un versement ponctuel ou régulier (mensuel de 15 € , 20 € ou + ) par chèque libellé à l’ordre de la paroisse Sainte Marie des Nations avec la mention au dos « Hébergement Solidaire »
  • Par un don en espèces, anonyme ou non, sous enveloppe, lors des quêtes dominicales avec la mention « Hébergement Solidaire » ou déposé au presbytère
  • Par un virement bancaire sur le compte de la paroisse (RIB à demander) avec la mention « Hébergement Solidaire »

L’équipe s’engage à tenir informé par mail chaque contributeur sur l’activité et l’inviter aux réunions (tous les 2 mois).

Contact coordination du groupe : Jean-Pierre Hauchard, 06.22.09.47.86, jean-pierre@hauchard.fr,  ou secrétariat de la paroisse Ste Marie des Nations : 5, place du Général de Gaulle 76420 BIHOREL 02.35.59.17.14,paroissesmn@orange.fr

 

Notre chance, c’est l’autre.