Fête de la Toussaint 2017

10h30 Cathédrale Notre-Dame à Rouen et dans tout le diocèse

Voir le communiqué

Les saints du diocèse de Rouen

Horaires des offices de la Toussaint dans tout le diocèse avec Eglise Info

Mercredi 1er novembre, fête de la Toussaint

10h30 Cathédrale Notre-Dame à Rouen, messe présidée par Mgr Dominique Lebrun
16h Vêpres à la Cathédrale Notre-Dame avec les intendants des biens d’Eglise

11h15 Cimetière de l’Ouest de Rouen. Hommage de l’Association Rouennaise pour l’Adieu aux Morts Isolés et de la Ville de Rouen (voir)

Jeudi 2 novembre, jour de prière pour les défunts

10h Cathédrale Notre-Dame, messe et prière sur la tombe des archevêques de Rouen

 


Le 1er novembre, jour de la Toussaint,

est une des grandes fêtes de l’année chrétienne

La date du 1er novembre et celle du 2 novembre sont deux dates distinctes du calendrier ayant chacune leur signification.

 Comme son nom l’indique, la Toussaint est la fête de tous les saints.

Chaque 1er  novembre, l’Eglise honore ainsi la foule innombrable de ceux et celles qui ont été de vivants et lumineux témoins du Christ.

(Tous les saints - Fra Angelico)

(Tous les saints – Fra Angelico)

Si un certain nombre d’entre eux ont été officiellement reconnus, à l’issue d’une procédure dite de « canonisation », et nous sont donnés en modèles, l’Eglise sait bien que beaucoup d’autres ont également vécu dans la fidélité à l’Evangile et au service de tous. C’est bien pourquoi, en ce jour de la Toussaint, les chrétiens célèbrent tous les saints, connus ou inconnus.

 

Cette fête est donc aussi l’occasion de rappeler que tous les hommes sont appelés à la sainteté, par des chemins différents, parfois surprenants ou inattendus, mais tous accessibles.
La sainteté n’est pas une voie réservée à une élite : elle concerne tous ceux et celles qui choisissent de mettre leurs pas dans ceux du Christ. Le pape Jean-Paul II nous l’a fait comprendre en béatifiant et canonisant un grand nombre de personnes, parmi lesquelles des figures aussi différentes que le Père Maximilien Kolbe, Edith Stein, Padre Pio ou Mère Teresa…

La vie de ces saints constitue une véritable catéchèse, vivante et proche de nous. Elle nous montre l’actualité de la Bonne nouvelle et la présence agissante de l’Esprit Saint parmi les hommes. Témoins de l’amour de Dieu, ces hommes et ces femmes nous sont proches aussi par leur cheminement – ils ne sont pas devenus saints du jour au   lendemain -, par leurs doutes, leurs questionnements… en un mot : leur humanité.
La Toussaint a été longtemps célébrée à proximité des fêtes de Pâques et de la Pentecôte. Ce lien avec ces deux grandes fêtes donne le sens originel de la fête de la Toussaint : goûter déjà à la joie de ceux qui ont mis le Christ au centre de leur vie et vivre dans l’espérance de la Résurrection.


Qu’est-ce que la sainteté ?

Le texte des Béatitudes (Matthieu 5, 1-12a), qui est l’Evangile lu au cours de la messe de la Toussaint, nous dit à sa manière, que la sainteté est accueil de la Parole de Dieu, fidélité et confiance en Lui, bonté, justice, amour, pardon et paix.

Béatification et canonisation ?

 Les actes de béatification et de canonisation ont pour but de proposer en exemple au peuple chrétien le témoignage d’un des membres défunts de l’Église et d’autoriser ou de prescrire un culte public en son honneur. Ce culte public se traduit par l’attribution d’un jour de fête au calendrier avec honneur plus ou moins solennel rendu au saint ou au bienheureux pendant l’office et la messe du jour de sa fête. Il se traduit aussi par la possibilité d’exposer des images et des reliques dans les églises.

Les deux actes de béatification et de canonisation se distinguent par le degré d’extension du culte public. Celui du bienheureux est limité à une zone prévue par le Vatican. Celui du saint est autorisé voire prescrit partout dans l’Église universelle.

La béatification désigne l’acte de l’autorité pontificale par lequel une personne défunte est mise au rang des bienheureux. (La béatification est un préliminaire à la canonisation).
La canonisation désigne l’acte par lequel le pape inscrit cette personne sur la liste officielle des saints.

 

Le 2 novembre est jour de commémoration des défunts

 

La Commémoration des défunts : pour que la Toussaint garde son caractère festif, saint Odilon, Abbé de Cluny, institua en 1007 dans tous ses monastères la « commémoration des défunts ».

defunts cimetiereLa conviction que les vivants ont à prier pour les morts s’est établie dès les premiers temps du christianisme. L’idée d’une journée spéciale de prière pour les défunts dans le prolongement de la Toussaint a vu le jour dès avant le Xe siècle. Le lien ainsi établi avec la fête de tous les saints répond à une vue cohérente : le 1er novembre, les catholiques célèbrent dans l’allégresse la fête de tous les saints ; le lendemain, ils prient plus généralement pour tous ceux qui sont morts.

Par ce jour consacré aux défunts, l’Église signifie aussi que la mort est une réalité qu’il est nécessaire et possible d’assumer puisqu’elle est un passage à la suite du Christ ressuscité.
Dans la lumière de la Toussaint, cette journée est pour les chrétiens l’occasion d’affirmer et de vivre l’espérance en la vie éternelle donnée par la résurrection du Christ.

________________________

Ces deux journées dépassent largement la sphère des pratiquants habituels. Les célébrations de novembre sont parmi les fêtes religieuses, celles qui sont les plus fréquentées. Un monde considérable se rend dans les églises et les cimetières. Les saints sont vénérés. Les défunts sont commémorés. Dans les paroisses, la liste des personnes décédées dans l’année est évoquée dans la prière et des rassemblements sont organisés dans les cimetières.